Sciences humaines & sociales

  • «Mais situons d'abord M. Georges Bernanos dans nos perspectives littéraires. Il n'a pas été d'abord facile à définir. "Sous le soleil de Satan" le faisait apparaître comme un romancier du surnaturel, spécialité assez rare en France et qui n'a pas de province littéraire bien établie. "L'imposture" et "La joie" semblaient préciser M. Georges Bernanos comme le romancier du prêtre, autre spécialité extrêmement difficile et chez nous peu commune. Mais bientôt, les dons de polémiste de M. Georges Bernanos éclataient dans la "Grande peur des bien-pensants", mettant alors sa pensée, sa tradition intellectuelle en pleine lumière.» (Ramon Fernandez)

  • Un sujet brûlant agite le monde des lettres et les colonnes des gazettes pendant l'été 1891. Marie-Louise Gagneur (1832-1902), qui a publié des livres remarqués, n'en peut plus d'être appelée « auteur » ou « écrivain ». Elle s'adresse à l'Académie française pour que celle-ci prenne en considération la féminisation de certains mots dont le masculin s'est assuré l'exclusivité.
    En 2019, ça va mieux. Mais il y a fallu du temps, et il n'est pas inutile de rappeler un épisode de ce long combat qui passionnait, cette année-là, si pas les foules, au moins le monde intellectuel français.

  • Une mine d'or, une cité perdue, un aventurier ami des souverains malgaches et concessionnaire d'un immense territoire, un corps expéditionnaire colonial décimé par les fièvres : c'est le sujet très romanesque de cette petite histoire en marge de la grande. Disparue des cartes et des mémoires, Suberbieville a pourtant bien existé. Il fallait la sauver des gouffres de l'oubli. (Nombreuses illustrations.)


    Yannick Boulay a longtemps servi comme inspecteur détaché au Ministère de la Coopération et du Développement, chargé de l'enseignement du français dans les pays francophones d'Afrique et de l'Océan Indien. À ce titre, il a effectué de nombreuses missions à Madagascar entre 1984 et 1998, soit cent ans après l'histoire qu'il relate. Amoureux de la Grande Île, il y revient souvent.

  • Albert Londres ne réécrit pas l'Histoire, il la vit au plus près, en donne environ deux cents échos qui, ensemble, posent un regard, posent un homme, lui fournissent une réputation toute nouvelle et déjà solide.
    Nous n'avons, dans ce volume, compilé que les articles signés par Albert Londres. On sait qu'avant d'arriver à Reims en septembre 1914, il avait déjà écrit quelques grands articles. Mais, en l'absence de son nom après le point final, ils ont été écartés. En revanche, la lecture attentive, quatre années durant, des journaux pour lesquels il travaillait à cette époque a permis d'exhumer, en pages intérieures, quelques textes passés inaperçus dans des éditions précédentes. L'exhaustivité a été notre objectif, la rigueur dans la transcription tout autant. En comparant l'original et les diverses copies publiées avant celle-ci, des divergences apparaissent. Elles partent, pour la plupart, d'un bon sentiment : rétablir, dans des phrases parfois longues, à coups de virgules par exemple, un rythme convenu - alors que celui d'Albert Londres ne l'est guère, dans l'économie de respirations qui le caractérise. Sa prose est un flux tendu qui restitue, mieux qu'une langue classique, le tempo des événements.

  • « Rien de plus désolant que l'histoire de la peste à Madagascar ! » L'expression ouvre un article de L'Aurore malgache en... 1931. Son auteur néglige pourtant de faire remonter la présence de la maladie à ses débuts, en 1898, et se limite à commenter dix années pendant lesquelles l'administration coloniale n'a pas réussi à éradiquer le mal.
    On lit ce dossier en 2017 ou en 2018, à un moment où la peste frappe une nouvelle fois Madagascar et où des communiqués quotidiens font le compte des décès, des cas avérés ou douteux, des guérisons. Venue du fond des temps (une manière bien peu scientifique de s'exprimer, certes), la peste est aujourd'hui encore une grande peur de l'humanité. Alexandre Yersin avait isolé le bacille de la peste en 1894, prolongeant immédiatement ses recherches par la mise au point d'un vaccin et d'un sérum. L'année suivante, il est envoyé à Madagascar pour y étudier des cas de fièvre bilieuse. Il ne croisera pas la peste sur la Grande Île, le bacille qui portera son nom attend qu'il n'y soit plus pour débarquer...
    La chronologie est implacable.

  • « Mme Edith Wharton aime la France comme une patrie élue, cela est certain, mais elle la juge avec fermeté ; elle ne se laisse aller à l'enthousiasme qu'à bon escient, et non sans nous avoir dit, tendrement, d'ailleurs, mais nous avoir dit, quelques-uns de nos défauts, quand il est nécessaire de les rappeler pour donner toute leur valeur aux vertus acquises ou réveillées. Qu'il est bon, qu'il est réconfortant, quelle fierté heureuse et émue, d'agir, de donner notre effort sous un tel regard amical, - et ce regard, on le devine innombrable, - un regard qui juge les causes, qui nous rend justice, qui nous choisit, qui nous donne tant d'amour et de respect... Vous lirez ce livre où, sans une faute de mesure ni de sentiment, sans littérature, et cependant avec quelles belles et heureuses expressions parfois, Mme Edith Wharton a su conter, juste dans le ton qu'il fallait, non pas en touriste sacrilège, ni en pèlerin mystique hystériquement exalté, - et c'était bien difficile de raconter quelque chose et de ne pas donner dans l'une de ces tares exaspérantes, - a su conter ses voyages aux tranchées, aux lignes de feu, aux pays dévastés, aux pays reconquis ! Vous le lirez, vous qui souffrez tant de toute la littérature qui s'est emparée des reliques et les porte comme l'âne de la fable, et vous le lirez aussi, vous, Français et, surtout... Françaises à qui je pense un peu, je l'avoue, en écrivant cette dernière phrase et qui voudrez, en considérant le tact d'une étrangère qui nous est si fraternelle et en vous efforçant d'y atteindre, ne pas nous faire démériter de ce qu'elle admire le plus en nous. » (La Revue hebdomadaire, 1916.)

  • Gabriel de La Landelle (1812-1886) aimait les belles histoires d'aventuriers. Et aussi d'aventurières, puisqu'il a écrit Les femmes à bord, entre autres ouvrages consacrés à la mer, principal terrain sur lequel il choisissait ses héros. Dugay-Trouin eut ses faveurs. Il s'intéressait aussi à la colonisation, et consacra un livre à celle du Brésil.
    On n'est donc pas surpris qu'il ait rencontré Benyowsky (Béniowski dans sa version), qui avait lui-même rédigé le roman de sa vie sous la forme de Mémoires. Il suffisait d'imaginer quelques anecdotes supplémentaires et de donner un peu plus de chair aux compagnons sur lesquels son héros s'était montré trop discret en s'attribuant seul le mérite de ses supposées réussites en terre malgache.
    La réédition du Dernier des flibustiers (1884) précède de peu la parution d'un roman de Jean-Christophe Rufin inspiré par le même personnage, Le tour du monde du roi Zibeline (Gallimard). Elle s'accompagne de deux autres ouvrages numériques, la partie malgache des Mémoires de Benyowsky et l'essai historique de Prosper Cultru, Un empereur de Madagascar au XVIIIe siècle : Benyowszky (1906).

  • Chargé en 1905 du cours d'histoire coloniale à la Sorbonne, Prosper Cultru (1862-1917) ne prend pas pour argent comptant les Mémoires de Benyowszky (tel est son choix orthographique).
    Au contraire. Dans son étude, publiée en 1906, consacrée essentiellement à la période malgache de cette vie aventureuse, il ironise souvent sur les déclarations pompeuses du roi autoproclamé, en même temps qu'il met en évidence les multiples contradictions entre le récit autobiographique et la correspondance. Car l'historien a fouillé les documents originaux, dont certains sont reproduits en appendice de son ouvrage, se basant sur eux pour revisiter de manière (très) critique la trajectoire du personnage. Prosper Cultru fait évidemment abstraction du côté romanesque - qu'il souligne en revanche parfois dans les écrits de Benyowszky lui-même, plus prompt à imaginer ce qu'aurait pu être son établissement à Madagascar qu'à en décrire la réalité.
    C'est l'un des trois ouvrages que réédite la Bibliothèque malgache à l'occasion de la parution, en avril 2017, du roman de Jean-Christophe Rufin, Le tour du monde du roi Zibeline (Gallimard). La partie malgache des Mémoires de Benyowszky (cette fois orthographié Benyowsky) et le roman de Gabriel de La Landelle, Le dernier des flibustiers, complètent la trilogie.

  • Jean-Christophe Rufin s'intéressait depuis longtemps au personnage de Maurice Auguste Benyowsky (1746-1786) - quelle que soit l'orthographe utilisée pour son nom de famille. Nous l'avions évoqué ensemble dès 1998. Il aura fallu attendre 2017 pour que cette curiosité devienne un roman : Le tour du monde du roi Zibeline (Gallimard). Dans une postface, il dit de lui qu'il « fut longtemps l'aventurier et voyageur le plus célèbre du XVIIIe siècle. Ses Mémoires, écrits en français, ont rencontré un succès immense. Ils sont aujourd'hui encore publiés et je ne peux qu'en recommander la lecture (Éditions Phébus en français). Cependant, peu à peu, ce personnage tomba dans l'oubli en Europe occidentale, supplanté sans doute par nombre de nouveaux découvreurs et navigateurs. »
    /> Voici, dans un ensemble de trois volumes autour de Benyowsky, la partie de ses Mémoires qui concerne Madagascar, c'est-à-dire les dernières années de sa vie. Cette réédition de la Bibliothèque malgache se complète de deux ouvrages consacrés au même personnage : Un empereur de Madagascar au XVIIIe siècle : Benyowszky, de Prosper Cultru (1906), et Le dernier des flibustiers, de Gabriel de La Landelle (1884). Ils proposent deux interprétations divergentes de la vie de cet aventurier.

  • «Mata-Hari, la danseuse indienne, souple et nue, sous ses parures, qui s'étirait comme un serpent sur la scène, a fait sa dernière apparition. Elle a été fusillée, hier, à Satory, comme espionne. Ce fut la véritable espionne des romans populaires : immatriculée par la police, chargée de missions clandestines, et rendant au pays qui la payait richement de sérieux et abondants services. C'est un jeu à se faire casser la tête. Elle l'a bien vu. Elle est du reste morte crânement, sans se laisser bander les yeux. Et douze lingots de plomb ont troué ce magnifique corps de femme, qui était celui d'une fameuse coquine.»

  • Georges Ohnet a écrit, comme beaucoup de ceux qui ont vécu ces années-là, sur la Grande Guerre.
    Pourquoi exhumer son Journal d'un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914 de préférence à d'autres textes qui lui sont contemporains?
    Pourquoi rééditer les 2176 pages de ce Journal alors que l'inexistence littéraire de Georges Ohnet est avérée et que même ses écrits sur la guerre ne présentent qu'un intérêt mineur?
    La réponse est évidente: parce que Georges Ohnet, parce que ses lecteurs, parce que son statut auprès de ceux-là même dont Jules Lemaître mesurait l'esprit assez étroit pour se retrouver chez lui comme s'ils étaient chez eux.
    Le témoignage du feuilletoniste, ses impressions de guerre, sa logorrhée de commentateur imprécis, tout cela représente très probablement une pensée assez commune à bien d'autres Parisiens. Elle tient du Café du Commerce? Oui, sans doute. Mais ces «longues» de comptoir nous disent un état d'esprit. Et celui-ci mérite d'être connu.

  • «La promenade pacifique d'un jeune naturaliste qui abandonna son laboratoire du Muséum où il était préparateur, pour aller là-bas, du côté des rivières mal connues, sous les forêts sans chemins du Ménabé, chercher quelques fleurs nouvelles, quelques échantillons de pierres manquant à la géologie; promenade d'un an autour de Nosy Miandroka et de Morondava, à travers les tribus sakalaves, de l'enclos où trône un vieux chef aveugle, collectionneur d'amulettes, à la hutte où une vieille buveuse de rhum, demi-reine et demi-fermière, prépare elle-même, le soir, le lit du voyageur. Il y a dans ces notes autre chose que les sèches observations d'un savant: des détails de moeurs amusants, des descriptions de cérémonies étranges, surtout beaucoup de bonne humeur naïve et de franchise aventureuse.» (Le Journal.)

  • «Ce qui se passait à la cour de Russie et qui a abouti à cette Révolution si rapide qu'on dirait un écroulement, commence à être connu. C'est fabuleux ! Il paraît que depuis de longues années la haute société russe, et le monde de la Cour particulièrement, était adonnée aux pratiques de l'occultisme. Ces malheureux étaient à la merci de simulateurs très habiles qui les avaient poussés à une croyance aveugle dans le spiritisme. Une sorte de mysticisme érotique brochait sur le tout, si bien que le secret de l'importance prodigieuse de Raspoutine et de Protopopof est là. Ils faisaient tourner les tables, endormaient les grandes dames, et se livraient à des pratiques sadiques qui auraient dû les mener tout droit à la potence. C'est par des crises de magnétisme que l'Impératrice était tombée littéralement sous la domination de Raspoutine. Elle lui écrivait des lettres d'hallucinée, en proie aux transes du baquet de Mesmer. Raspoutine fut le Cagliostro crasseux, malodorant, aux cheveux gras et aux ongles en deuil, de cette société en décadence, et livrée aux émotions mystico-sensuelles.»

  • «Les engins blindés que les Anglais viennent de sortir, dans les dernières attaques de Picardie et qui sont dénommés tanks, crèmes de menthe, chenilles, etc., et qui en réalité représentent assez bien les anciennes tarasques qui crachaient du feu, ont causé à nos ennemis un émoi dont ils ne sont pas encore revenus. Or, il paraît que l'engin en question a été inventé par un Allemand, rejeté avec dédain par les Comités militaires, et adopté par les Anglais, qui ont vu, tout de suite, le parti qu'on en pouvait tirer.

    Les Allemands, désolés, s'arrachent les cheveux devant leurs tranchées nivelées, leurs fils de fer arrachés, leurs blockhaus démolis, leurs organisations de défense, avec mitrailleuses à tous les coins, aplaties, comme des petits pâtés de sable faits par les enfants dans un jardin. Comment n'ont-ils pas pris les devants, avec une découverte aussi importante? Quels sont les ânes qui ont repoussé l'inventeur? C'est à se damner! Déjà les préparations d'artillerie des Alliés étaient irrésistibles. S'il faut y ajouter le choc de ces machines à détruire et à tuer que les Anglais lancent sur l'ennemi, à quoi se reprendre? Hélas! On ne se reprendra pas. Toute avance à la guerre ne se rattrape plus. Nous en savons quelque chose.»

  • «Si la France avait fait, pour briser le front allemand, le même effort que les marchands d'alcool font pour résister à la coalition qui s'est formée pour empêcher la vente du produit meurtrier, il y a beau temps que la guerre serait finie. Jamais on n'a vu gens se remuer autant, protester mieux, discuter davantage, employer plus ardemment tous les moyens de résistance connus et inconnus pour conserver le privilège d'empoisonner l'espèce humaine.

    Et c'est un curieux spectacle de voir le Parlement, intimidé par cet assaut de tous les marchands de poison, ne pas oser entamer l'oeuvre de salut qui consisterait dans l'interdiction de la vente de l'alcool de bouche. Il sera intéressant de voir qui l'emportera, de l'intérêt particulier, représenté par cinq cent mille bistros, ou de l'intérêt général qui représente la France entière.»

  • «L'autre événement c'est la visite d'un Zeppelin à Paris. Ce pirate aérien visait à détruire nos grands établissements métallurgiques, afin d'arrêter la fabrication des obus. Il a raté son coup. Mais il n'a pas épargné la population. Il a tué, blessé des femmes, des enfants, des vieillards, parmi des ménages pauvres et des quartiers excentriques. La clameur de joie sauvage qui s'est élevée de toute l'Allemagne à la nouvelle de ce féroce et stupide exploit nous donne une fois de plus la mesure de l'état moral de nos ennemis. Ce sont de sombres brutes et de lâches coquins. Ils applaudissent l'assassinat nocturne et admirent l'audace de leurs aviateurs qui viennent, au hasard et comme effarés, jeter sur les faubourgs de la ville des engins destinés à des usines qu'ils ne prennent pas le temps de découvrir, tant ils sont pressés de se sauver.»


  • «Après une immobilité qui a duré de longs mois, et que les Allemands nous donnaient volontiers pour un épuisement total, les Russes viennent de reparaître formidables et triomphants. Leur offensive lentement préparée, soigneusement munie d'armes et de projectiles, s'est affirmée par un coup de tonnerre. En huit jours, comme dans une nouvelle campagne d'Iéna, les Impériaux écrasés ont perdu cent mille prisonniers, un matériel de guerre immense, et bien plus: la confiance qu'ils avaient dans leurs retranchements jugés inexpugnables. La vaillance russe a tout brisé, et dans une revanche éclatante des échecs passés, réoccupé la Galicie, la Bukovine et menacé la frontière allemande. Nous saluons la victoire glorieuse de nos fidèles alliés. Lorsque, sans armes, sans cartouches, sans obus, ils se défendaient avec leurs baïonnettes contre les artilleries écrasantes d'Hindenburg, nous avons par notre offensive en Artois et en Champagne tout tenté pour les secourir. Nous nous félicitons de leur rentrée en ligne qui va nous assurer la victoire, en précipitant la défaite allemande.»

  • «La médaille militaire est la plus belle des récompenses que puisse recevoir un soldat. C'est la décoration suprême qu'obtiennent les commandants d'armée. Et il semble qu'en rapprochant les grands chefs militaires des simples soldats héroïques, on les honore. Comment se fait-il que cette médaille si enviée, il faille que celui qui en est décoré la paye? Oui, tout soldat qui obtient la médaille militaire doit verser huit francs cinquante, pour obtenir la délivrance du modeste bijou en argent qui s'attache au ruban jaune liseré de vert. On m'assure que, faute de ce versement, le ruban seul est remis au titulaire qui n'est pas convoqué sur le front pour recevoir, devant tous ses camarades, l'accolade du chef. J'ai peine à croire que cela puisse être. Quoi! Pour huit francs cinquante? Une telle lésinerie de l'État à l'égard de braves qui se sont fait mutiler à son service? Pour huit francs cinquante, priver un héros de sa juste récompense? À lui, qui a donné sa jambe, son bras ou ses yeux, ne pas donner la modeste petite effigie en argent, mais la lui vendre?

    Je savais que les civils, à qui la croix de la Légion d'Honneur est accordée, paient vingt-cinq francs le bijou qui leur est remis. Ce sont des droits de chancellerie, qui n'ont pas très bonne façon, mais qui sont pourtant admissibles. La redevance des huit francs cinquante pour la médaille militaire est inacceptable. Il est des braves très pauvres qui n'auraient pas eu la petite somme nécessaire pour payer leur médaille, si on n'était pas venu à leur aide. Il me paraît difficile à expliquer que dans la sarabande des milliards à laquelle nous assistons, il n'y ait pas un petit peu d'argent pour donner gracieusement à nos héros leur récompense.»

  • «Hier, aux Invalides, pour compter et admirer les canons pris aux Allemands dans les derniers combats en Champagne et en Picardie, il y avait foule. Ce sont de laids modèles que ces produits de Krupp, et vraiment ils sont représentatifs de la lourdeur et de la brutalité teutonnes.

    C'est ce qu'un officier, très simplement, expliquait à trois jeunes filles, qu'il accompagnait, hier, dans la cour des Invalides, par ce beau dimanche d'octobre, digne de l'été, et où les feuilles jaunissantes tombent cependant, annonçant l'hiver. Ce brave soldat avait le bras droit en écharpe et la tête bandée. Il portait sur la poitrine la croix de la Légion d'honneur et la croix de Guerre. Les jeunes filles l'écoutaient avec un air d'admiration. On sentait qu'elles le trouvaient beau, séduisant, charmant, avec sa tête emmaillotée et son bras blessé. L'une d'elles, du bout de son ombrelle fouettait la culasse du lourd canon, tout noir, qui servait à la démonstration, et rien ne pouvait dépasser le mépris haineux de ce geste de jeune fille frappant le canon prisonnier. C'était toute l'armée allemande qu'elle fustigeait de ce coup d'ombrelle sur la culasse vide.»

  • « Chasseurs, mes frères, jamais il n'y a eu tant de gibier que cette année, malgré le braconnage intense auquel se sont livrés nos braves troupiers. J'avais donné l'ordre chez moi de ne pas les tourmenter. Ils en ont profité. Lièvres tués à coups de bâtons, lapins pris au collet, ou dans les terriers défoncés. Ils ont corsé leur ordinaire. Mais ils n'ont pas pu attraper les perdrix. Et elles en ont profité pour croître et multiplier. Il y a de nombreuses et belles compagnies partout. La mobilisation nous a débarrassés d'une grande quantité de braconniers. Ils sont sous les armes, et ils font sans doute, ailleurs, ce que leurs camarades font chez moi. Mais ce qu'ils ne peuvent plus pratiquer, c'est le panneautage. Et c'est le salut de la perdrix.

    Car c'est une grosse affaire que de panneauter. Il faut d'abord se réunir à quatre ou cinq connaissant bien le métier, et posséder une pantière. Une pantière est un filet à mailles larges, ayant un mètre vingt de hauteur, sur cinquante mètres de largeur, au moins. Ce braconnage se pratique la nuit, et par un temps sombre. La lune ne vaut rien. Le filet, posé sur des bâtons plantés dans la terre, forme une barrière tendue, derrière laquelle deux des panneauteurs guettent, pendant que les deux autres venant à petit bruit, du bout le plus éloigné de la plaine, poussent comme en battue le gibier mal réveillé, vers la pantière qui les attend au passage.
    »

  • « À l'Exposition de San Francisco, le pavillon français, prêt au jour dit, avec toutes les belles choses que nous avons envoyées de l'autre côté de l'eau, a eu les honneurs du triomphe. C'est lui qui a attiré toute l'attention, obtenu tous les suffrages. On n'avait pas cru en Californie que notre pays engagé dans cette formidable guerre trouverait dans son activité industrielle, commerciale et artistique les moyens de réaliser sa promesse de participer à l'Exposition. Très galamment, le comité nous avait d'abord offert de nous rendre notre parole, puis de nous donner l'hospitalité, dans une de ses constructions.

    Nous avons refusé, en souriant, tous ces affectueux témoignages, et déclaré que nous serions prêts le jour de l'inauguration. Ponctuels, précis, parés, brillants, nous avons ouvert notre pavillon au jour dit. Les autres pays sont en retard, mais nous point. Et alors c'est un sujet d'admiration pour les Américains, une occasion de louanges, un prétexte à acclamations. Nous sommes toujours les Latins, généreux, artistes et élégants. Nous savons faire la guerre. Mais nous savons aussi faire autre chose de gracieux, de brillant, et de chevaleresque.
    »

  • Grande itinérante, femme indépendante, Ida Pfeiffer est une pionnière du récit de voyage. Cette Autrichienne, née à Vienne en 1797, a accompli deux fois le tour du monde et en a fait la relation dans des livres à succès, traduits en plusieurs langues. Courant du nord au sud et d'est en ouest, elle a cependant manqué Madagascar. Elle embarque donc de nouveau en mai 1856. Au passage à Paris, les membres de la Société de Géographie tentent de la décourager. Rien n'y fait. Il y aura bien quelques détours mais, dans les derniers jours d'avril ou au début de mai 1857, près d'un an après le début de son voyage, elle est à Tamatave. Puis à Tananarive, où elle fréquente Messieurs Lambert, grâce à qui elle a pu atteindre son but, et Laborde. Ida Pfeiffer se trouve bien malgré elle entraînée dans une page agitée de Madagascar, sur laquelle elle offre un témoignage de première main. Elle paiera ce voyage, son dernier, de sa vie. Son fils Oscar publiera donc l'ultime récit de voyage écrit par Ida Pfeiffer en forme d'hommage posthume à une audacieuse aventurière.

  • Paru en 1917, ce texte, où la soeur d'Arthur Rimbaud raconte son exode dans les premières semaines de la Grande Guerre, semble ne pas avoir été réédité. Il était temps de rendre accessible ce qu'André Salmon pensait être «l'un des plus beaux livres de guerre», ajoutant: «et qu'on ne cite jamais.» Sa publication a été saluée par «La Nouvelle Revue» en termes élogieux: «Madame Isabelle Rimbaud nous apporte le récit le plus intéressant, le plus sincère, le plus vrai qui ait, jusqu'à ce jour, paru sur les tragiques événements d'août-septembre 1914. [...] D'un bout à l'autre de ce livre, les impressions et les visions sont notées dans un style très simple, très pur, très net, qui atteint parfois tout naturellement le ton de l'épopée. Le lecteur est saisi, se passionne, halète devant ces tableaux inoubliables du drame sans précédent qui fait trembler la Terre.»

  • Georges Ohnet a écrit, comme beaucoup de ceux qui ont vécu ces années-là, sur la Grande Guerre. Pourquoi exhumer son Journal d'un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914? L'auteur était, de son temps, décrié malgré son succès populaire, ou à cause de lui. Le témoignage du feuilletoniste, ses impressions de guerre, sa logorrhée de commentateur imprécis, tout cela représente malgré tout une pensée assez commune à bien d'autres Parisiens. Elle tient du Café du Commerce? Oui, sans doute. Mais ces «longues» de comptoir nous disent un état d'esprit. Et celui-ci mérite d'être connu.
    Fascicule 7 sur 17.

empty