La Gibecière à Mots

  • Victor Hugo (1802-1885) On ne saura pas son nom... on ne saura pas pourquoi il est condamné à mort... La seule chose que le lecteur saura : cet homme a rendez-vous avec la guillotine. Ce sont ses dernières pensées qu'il nous livre dans ce journal. Victor Hugo a publié cette "plaidoirie générale et permanente pour tous les accusés", anonymement, en 1829. Le livre fut mal compris. L'auteur fut même accusé d'être morbide et "d'horreur gratuite". Très vite l'identité de l'auteur fut connue.

  • Honoré de Balzac (1799-1850) "Si tu me possèdes, tu posséderas tout, mais ta vie m'appartiendras"... Raphaël, jeune homme ruiné aux jeux, a décidé de se suicider. Mais suite à la rencontre d'un étrange antiquaire, il entre en possession d'une peau de chagrin qui exhaussera tous ses désirs... non sans une certaine contrepartie... Avec "la peau de chagrin", Balzac signe l'un de ses meilleurs romans. Fantastique et réalité se côtoient dans ce qui reste tout de même une ode à la vie, avec des descriptions dont lui seul a le secret. Une étude philosophique sur le "pouvoir", le "vouloir" et le "savoir' dans laquelle le héros est le petit frère de Faust et Dorian Gray.


  • Alphonse Daudet (1840-1897)


    "Ce matin-là j'étais très-en retard pour aller à l'école, et j'avais grand'peur d'être grondé, d'autant que M. Hamel nous avait dit qu'il nous interrogerait sur les participes, et je n'en savais pas le premier mot. Un moment l'idée me vint de manquer la classe et de prendre ma course à travers champs.
    Le temps était si chaud, si clair !
    On entendait les merles siffler à la lisière du bois, et dans le pré Rippert, derrière la scierie, les Prussiens qui faisaient l'exercice. Tout cela me tentait bien plus que la règle des participes ; mais j'eus la force de résister, et je courus bien vite vers l'école..."


    La première partie (La fantaisie et l'histoire) est composée de récits liés à la guerre de 1870, notamment sur la vie des Parisiens lors du siège de Paris par les Prussiens ainsi que sur la Commune et la répression sanglante des Versaillais.


    La seconde partie (Caprices et souvenirs) est une galerie d'évocations diverses aux sujets plus légers que dans la première partie.



  • Jules Verne (1828-1905)




    "En l'année 1872, la maison portant le numéro 7 de Saville-row, Burlington Gardens - maison dans laquelle Sheridan mourut en 1814 -, était habitée par Phileas Fogg, esq., l'un des membres les plus singuliers et les plus remarqués du Reform-Club de Londres, bien qu'il semblât prendre à tâche de ne rien faire qui pût attirer l'attention."




    Philéas Fogg réussira-t-il ce pari fou et onéreux de faire le tour du monde en 80 jours ? La révolution des transports, à l'époque, rend ce voyage possible ; mais de la théorie à la pratique, il y a un grand pas ! Philéas Fogg et son valet Passepartout devront faire face aux retards sur les horaires, les embûches, et... l'inspecteur Fix !


  • Joseph Bédier (1864-1938)





    "Ainsi, pour l'amour du roi Marc, par la ruse et par la force, Tristan accomplit la quête de la Reine aux cheveux d'or."


    Joseph Bédier fut un spécialiste de la littérature médiévale. Plusieurs textes médiévaux ont été traduits en français moderne par ses soins.


    Il est le premier à réécrire l'histoire de Tristan et Iseut. La plus ancienne version utilisée par Joseph Bédier est celle de Béroul (vers 1170).


    La Cornouailles, avec un "S" final est la Cornouailles anglaise et non la Cornouaille bretonne (sans "S" final).

  • Zadig

    Voltaire


    Voltaire (1694-1778)


    "Du temps du roi Moabdar il y avait à Babylone un jeune homme nommé Zadig, né avec un beau naturel fortifié par l'éducation. Quoique riche et jeune, il savait modérer ses passions ; il n'affectait rien ; il ne voulait point toujours avoir raison, et savait respecter la faiblesse des hommes..."


    Zadig, jeune homme vertueux vivant dans un Orient fantaisiste, va de déboire en déboire mais toujours une intervention extérieure le sauve. Zadig est-il destiné à voir la providence s'acharner sur lui, de manière changeante, chaque fois qu'il touche au bonheur ?


    "Zadig" est un conte satirique dans lequel Voltaire règle ses comptes avec ses ennemis et la société.


    "Zadig" est également une réflexion sur le bonheur, la liberté, le déterminisme.

  • Ces "rêveries du promeneur solitaire" sont les derniers écrits du philosophe genevois; publiés posthumément. La dixième promenade est restée inachevée. Rédigées au cours de ses deux dernières années, ces promenades sont une véritable introspection sur lui-même et un appel à un bonheur simple grâce à la contemplation et aux petits plaisirs que nous apporte la vie. Mais ces promenades et ces rêveries où se mêlent souvenirs et méditations étaient-elles vraiment destinées à être lues par d'autres personnes que Rousseau lui-même ?

empty