• Suisse, fin du XIXe siècle. À Saint-Imier, on vivote entre misère et exploitation, entre les étables et une industrie horlogère encore balbutiante. La visite de Bakounine, plein de l'ardeur de la Commune de Paris, éveille l'idée qu'une autre vie est possible. Dix jeunes femmes font le pari insensé de bâtir, à l'autre bout du monde, une communauté où régnerait « l'anarchie à l'état pur ». Valentine, dernière survivante des « dix petites anarchistes », nous fait le récit de cette utopie en acte qui les conduit de Suisse en Patagonie jusqu'à Buenos Aires, en passant par l'île de Robinson Crusoé.
    L'extraordinaire épopée de femmes soudées par un amour farouche de la liberté, qui ont choisi de se réjouir de l'imprévu sans perdre la force de s'insurger.

  • L'oiselier

    Daniel de Roulet

    Dans les années 1970, la Suisse aussi est confrontée à un mouvement autonomiste et séparatiste. Manifestations, occupations d'ambassades, attentats, Front de Libération Jurassien, la situation dégénère entre les francophones du Nord et les alémaniques du Sud. Craignant une guerre civile, le gouvernement fédéral cherche une issue honorable, un compromis helvétique.Mais entre septembre 1977 et mars 1978, trois cadavres et un enlèvement viennent troubler la sérénité du pays et mettent en danger la solution négociée de l'affaire jurassienne.Pour tâcher de comprendre ces faits véridiques, Daniel de Roulet a imaginé un enquêteur en la personne d'un journaliste mythique du XXe siècle, Niklaus Meienberg.

    Daniel de Roulet, né en 1944 a grandi dans le Jura suisse. Il est l'auteur d'une trentaine de livres, dont le récent Les dix petites anarchistes (Buchet Chastel, 2018).

  • À 97 ans, la mère de l'auteur annonce qu'elle va mettre fin à ses jours. La date et l'heure sont fixées. Pendant les quinze jours qui précèdent cette mort programmée, l'auteur adresse une lettre quotidienne à son père, pasteur décédé six ans plus tôt. Né à Genève et de tradition calviniste, ce père admet volontiers qu'on peut perdre la foi, mais moins volontiers qu'on manque de réponse face au scandale de la mort. Dans l'abondante littérature pastorale depuis Gide, la figure du pasteur est celle d'un être tourmenté et peu sympathique. L'auteur rend hommage à son père pour avoir su exercer un ministère si différent. Ainsi, la culture calviniste qu'il lui a transmise apparaît pour le fils comme l'apprentissage en douceur d'un monde sans Dieu ni Maître.

  • Cette lettre au peintre Ferdinand Hodler exprime la fascination qu'exercent les toiles du grand artiste sur l'auteur, en particulier celles qu'Hodler a peintes de l'agonie de Valentine, son grand amour. C'est aussi un texte d'hommage à la femme: Valentine a joué un rôle crucial dans l'art de Hodler, c'est elle qui a su libérer sa peinture. Lorsqu'ils se rencontrent, Hodler est un peintre reconnu, sollicité, fêté, mais Valentine révèle en lui une énergie et une liberté exceptionnelles qui lui permettent d'entrer en contact avec son génie singulier.

    A l'occasion du centenaire de la mort du peintre, Daniel de Roulet imagine l'amour entre ces deux figures en jouant avec les archives. Le lecteur, à la suite de l'auteur, tombe amoureux du peintre, de sa maîtresse et de sa peinture.

    Daniel de Roulet, né en 1944 à Genève, a gagné sa vie comme architecte et comme ingénieur dans l'informatique. Il est l'auteur de romans, publiés au Seuil et chez Buchet Chastel.

  • Big E et 3N, les deux grands mondiaux spécialisés dans le traitement des déchets nucléaires, vont fusionner. L'opération est menée par Tita Zins, actionnaire principal et banquier. Des deux côtés des licenciements sont programmés. Face à face, deux femmes d'exception : chez Big E, Marthe, née à Téhéran à la fin des années 30 et chez 3N, Shizuko, née à Nagasaki le jour où la bombe atomique a rasé la ville. Ce même 2 juin 1988, le président Reagan rentre de Moscou pour annoncer à la Reine d'Angleterre et au monde la fin de la Guerre froide, la fusion des Empires. Gorbatchev a cédé.
    Des laboratoires de Princeton au goulag sibérien, en passant par l'apartheid sud-africain et la Chine de Mao, Fusions est le roman du XXe siècle - siècle pervers mais attachant, qui croyait éternelle l'épopée du nucléaire.

  • « Nous sommes pris à notre piège, nous avons collaboré à un système que nous savions porteur d'une mort atroce. »

    L'auteur écrit à une amie japonaise qui vit à Tokyo. Lettre sensible, pleine d'émotion. La catastrophe vient de se produire à Fukushima. Il n'a pas de nouvelles. Ce court texte sera l'occasion de parler du Japon, de sa culture, de ce qui nous échappe - à nous, occidentaux. Ce sera aussi l'occasion de parler du nucléaire et de la responsabilité des gouvernements, de l'Occident.


    /> « Tu n'as rien vu à Fukushima se déguste par petites lampées, comme du saké dont l'auteur raconte qu'il y a différentes façons de le boire. » Didier Pourquery, Le Monde Magazine.

  • Max vom Pokk, architecte newyorkais, tourmenté par d'anciennes amours, revient en France où il a rendez-vous avec son amie d'il y a quarante ans. Il ne l'a plus revue, bien qu'ils aient ensemble un fils, Mirafiori, dont il est sans nouvelles.
    Shizuko Tsutsui est née le jour où la bombe a détruit sa ville. Pour cette raison, elle est clouée sur un fauteuil roulant. Scientifique de haut niveau, elle est chargée de surveiller le démantèlement d'un surgénérateur nucléaire au bord du Rhône, à Malville. Elle aussi se prépare avec enthousiasme à retrouver le père de son fils.
    Mais ce jour-là, 11 mars 2011, à Fukushima, un tremblement de terre ravage la centrale dans laquelle Mirafiori, le fils de Max et Shizuko, travaille comme intérimaire. Il a passé neuf ans en prison et désormais la mafia contrôle sa vie.
    Cette catastrophe bouleverse les retrouvailles amoureuses. Shizuko est rappelée d'urgence au Japon. Max perd pied et, pris de remords, croit bon de jouer au héros qu'il n'est plus. Mirafiori est envoyé en mission suicide dans la salle de contrôle du réacteur en fusion...
    Le Démantèlement du coeur est le dixième et dernier volume de "La Simulation humaine", épopée du nucléaire qui va d'Hiroshima à Fukushima, du triomphe de la science à la mise en cause de sa démesure.
    Daniel de Roulet vit en Suisse. Il est l'auteur de plusieurs romans (La Simulation humaine) retraçant l'épopée atomique autour du destin de deux familles, l'une en Europe, l'autre au Japon. Il a lui-même travaillé comme ingénieur dans une centrale nucléaire.

  • Il est ingénieur, travaille jour et nuit, et parcourt le monde pour expliquer la politique de l'Entreprise qui l'emploie en matière de sécurité des installations nucléaires.
    Elle est tchétchène et cherche désespérément refuge hors de son pays. Sur son passeport, on peut lire la mention "deportee".
    Piégés par une quarantaine sanitaire dans l'aéroport du Colisée, ils se rencontrent et se plaisent.
    L'homme qui tombe raconte les quelques heures qu'ils vont passer, enfermés dans un terminal d'aéroport. Egaré par ses sentiments, Georges vom Pokk assiste à l'effondrement de son propre système de défense. Tout, alors, devient plus intense. Et, pour aider la belle Tchaka, l'ingénieur va se lancer dans une réelle course contre la montre. Le temps de transformer sa vie en destin.
    Daniel de Roulet vit en Suisse. Il est l'auteur de plusieurs romans (La Simulation humaine) retraçant l'épopée atomique autour du destin de deux familles, l'une en Europe, l'autre au Japon. Il a lui-même travaillé comme ingénieur dans une centrale nucléaire.

  • 1975. En haut d'une montagne suisse réputée inaccessible l'hiver, un beau chalet vide s'enflamme dans la nuit. Le lendemain, il n'y a plus de chalet. Arrivée trop tard, la police lance une traque internationale, met à prix la tête des terroristes qu'elle croit venus de l'étranger pour s'en prendre à la résidence d'Axel César Springer, le magnat de la presse allemande. Trente ans plus tard, l'auteur insoupçonné de cet attentat raconte dans quelles circonstances il a planifié puis entrepris son forfait, comme une promenade du dimanche à la montagne.
    Ce récit est avant tout un superbe hommage rendu à un amour de jeunesse.

  • Par devoir de mémoire et goût de l'aventure, Daniel de Roulet et quelques amis ont imaginé refaire par tronçons un chemin emprunté quatorze siècles plus tôt par des moines partis d'Irlande pour traverser l'Europe et fonder des monastères. Journal de bord de ce périple, antithèse absolue du voyage pédestre nécessairement rentabilisé à moindre effort par des beautés naturelles, architecturales ou historiques dûment estampillées dans un guide, Légèrement seul va à l'encontre du tourisme pédestre garantissant l'émerveillement balisé.
    Si le marcheur solitaire note les signes laissés par le temps, évite les embûches, découvre une ancienne route romaine ou les traces de Madame Bovary, il accepte aussi l'ennui d'une départementale morne, la surprise d'un pont absent de toutes cartes et l'aventure vécue sur un asphalte où plus personne ne se risque. Friches urbaines, zones rurales désertes, no man's land...
    Daniel de Roulet sort une nouvelle fois des sentiers battus, au risque de se laisser étonner par la vie, d'être déçu et de rêver.

  • Pendant quarante ans, l'auteur a noté pour lui-même le récit de ses pérégrinations dans le simple but de ne pas les oublier.
    Sur tous les continents, au fil de voyages d'affaires ou d'agrément, en des endroits chargés d'histoire, au gré de rencontres, à Buchenwald, dans la Kolyma, au Nicaragua ou à Okinawa, il promène un regard doux-amer, une vision inconsolable mais gaie.
    D'une plume vive et intelligente, cette trentaine de chroniques rendent compte d'une rumeur du monde qui se moque de la mondialisation. Elles racontent comment, à travers les voyages, les pensées vagabondent et la réflexion se forment. Un sentiment nouveau naît quand les lointains se rapprochent.
    Né à Genève en 1944, Daniel de Roulet a suivi des études d'architecte, programmé d'énormes ordinateurs, couru le marathon de New York et réalisé ses rêves avant d'inventer des personnages de fiction qui les vivent à sa place. Il est l'auteur chez Buchet/Chastel d'une saga nucléaire forte de dix romans, mais aussi d'un essai, Tu n'as rien vu à Fukushima.

empty