Littérature générale

  • Une source d'eau douce, ou une fuite intarissable, s'est ouverte au premier étage d'un vieil immeuble du centre de Luanda. Les habitants s'y retrouvent pour un moment de conversation et de repos. Ce sont des gens simples qui partagent leurs vies et leurs souvenirs, ce sont des personnages surprenants et complexes qui ont des désirs, des rêves, des peines. Ils racontent leurs histoires, la guerre, et pensent à l'avenir. Il y a Odonato qui a la nostalgie de la Luanda d'autrefois, il a cessé de manger pour laisser la nourriture à ses enfants et est en train de devenir transparent. Il y a Amarelinha sa fille, la brodeuse de perles, qu'aimerait approcher le jeune MarchandDeCoquillages, toujours accompagné du bruit de son sac de marchandise et de l'Aveugle qui le suit. Il y a MariaComForça, qui vend du  poisson grillé, et son mari le débrouillard qui monte une salle de cinéma sur le toit de l'immeuble. Le Facteur qui distribue ses lettres de protestation et réclame une mobylette à tous les représentants d'une autorité quelconque. Et Paizinho, le jeune garçon qui cherche à la télévision sa mère dont il a été séparé par la guerre. L'immeuble abrite aussi des journalistes, des chercheurs, des contrôleurs, tous intéressés par les richesses naturelles du pays et le développement de la grande ville africaine : pétrole ou eau potable, corruption ou bien public. Toutes ces histoires tissent la toile de fond d'une Angola en cours de transition brutale entre sa culture traditionnelle et la modernité. L'écriture d'Ondjaki, entre ironie tranquille et  critique intelligente, imagination poétique et habileté narrative, emporte le lecteur séduit dans cette aventure.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Lorsque pour échapper au viol et à la mort la jeune Léola revêt l'armure d'un chevalier tué, elle ne sait pas qu'elle va dorénavant devoir vivre comme un homme et apprendre à se battre. Nynève la rousse, la guérisseuse, la sorcière, devient son guide et l'aide à grandir et à faire sa route de femme indépendante dans ce Moyen Âge réel et fantasmé qui permet au talent de conteuse de Rosa Montero de nous montrer, en l'espace d'une vie, un siècle qui marque l'ouverture du Moyen Âge vers la Renaissance.
    Léola va apprendre à penser et à écrire, fréquenter la cour d'Aliénor d'Aquitaine, voir la corruption de l'Église et le fanatisme de l'Inquisition, admirer la lutte des Cathares, découvrir les pouvoirs de l'imagination et rêver du roi Arthur tout en évitant soigneusement la malédiction du Roi Transparent.
    Le grand talent de Rosa Montero est de savoir tenir le lecteur prisonnier de son histoire tout en l'amenant à s'interroger sur un siècle turbulent et déroutant peut-être à l'image du nôtre.
    Émouvant et épique, original et puissant, ce roman a la force irrésistible des histoires que le lecteur a du mal à abandonner.

  • Anglais Transparente

    Enrique Medina

    What happens to a man whose entire personality undergoes a sudden and profound change? Stephen Marsh is a successful management consultant, happily married and with a daughter at university. Then one day he becomes cold to his wife, is unable to relate to his daughter, is uninterested in his job and his friends. The old Stephen Marsh seems to have been replaced by an intrusive newcomer equipped with new memories and new attitudes. The deuteron-Marsh recalls a previous half-century of life as a writer who shied away from human contact, nurturing a secret which separates him from other people. Incapable of giving love or companionship, the new Marsh struggles to continue his predecessor's lifestyle, torn between a longing for solitude and the bounds of ordinary obligation and affection.

  • Le 5 septembre 2003, l'illusionniste new-yorkais David Blaine entre dans une boîte en plexiglas transparente au-dessus de la Tamise et entame un jeûne. Quarante-quatre jours plus tard, il en ressort avec trente kilos de moins. En prenant pour sujet les interrogations violentes suscitée par cette performance, Nicola Barker nous invite à un peep-show romanesque hilarant et roboratif sur la condition humaine, et livre une puissante réflexion sur le roman, cette boîte transparente dans laquelle se débattent des personnages pour des lecteurs pornographes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Lorsqu'une équipe de chercheurs trouve le moyen d'accéder au passé, certains s'inquiètent du risque de le modifier et de créer des paradoxes. Mais les scientifiques sont formels : le passé est bien mort et ne peut être changé. Et si le problème résidait en nous-mêmes ?
    "Le temps transparent" est une nouvelle écrite par Constantin Louvain, extraite de l'Anthologie "Temps Mort".


  • ... En relisant L'arbre transparent, j'ai écrit un petit poème qui m'est venu...
    J'ai tant et tant rêvé de trouver un arbre qui fût le mien, enraciné dans un coin d'herbe. Rêvé l'ombre paisible d'un feuillage lent qui bouge : rester là, assis pour un temps, le dos collé contre son paletot de bois. Un arbre, faute d'une maison à soi. Un arbre seul contre lequel se tenir, adossé à l'écorce, face à l'horizon grand ouvert, et la route, le chemin, le temps. Les vertèbres soudées à l'obscurité solide de ce tronc où la vie pousse obstinément. Au-dessus, la lumière, agitée et sonore : son ciel vert et vivant.
    Mes seules racines sont de papier : des livres, des pages accumulées, des lettres que je ne me résigne pas à jeter. De mon arbre, n'existe que le feuillage, des feuillets pour des chants articulés : ils se posent, puis s'envolent, ils ont de gais plumages et font des nids d'oiseaux très haut perchés.
    Agnès Chêne, 25 janvier 2016

  • Jean Paulhan, est un auteur difficile, tant par ses subtilités et ses rigueurs de styliste-grammairien, que par ses mystérieuses préférences et ses exclusives dans le domaine des idées. Selon l'auteur, Jean Paulhan est un grammairien "qui aime trop la rhétorique pour en être dupe", qui "s'attache par dessus tout à l'incompréhensible union de la langue et de l'idée". Comme critique, il a "passé sa vie à juger, aussi étonnant dans la louange que dans le blâme, et pariant toujours". Comme écrivain, il "a une plume qui cueille, et les ressources les plus fines de la perfection japonaise", il est aussi "le maître des carrefours, la moitié curieuse et scrutatrice de Paul Valéry". L'origine des affinités purement spirituelles entre Braque et lui, tient à la découverte de "ce mariage du charme et de l'entendement" qui l'a "frappé comme un prodige". Sur Malcolm de Chazal, dont R. Judrin laisse entendre que Jean Paulhan l'a peut-être "inventé" ; sur L'Andromaque de Racine ; sur la dialectique religieuse de Chesterton et l'énorme influence qu'elle a eue sur Jean Paulhan ; sur Lao-Tseu ; sur Paul Valéry ; sur Alain, on apprend l'essentiel des goûts et des idées de Paulhan, rassemblé en formules. À propos des Fleurs de Tarbes, l'aspect persifleur de Jean Paulhan apparaît, et il ressort de ces remarques que "son ironie loin de se réduire au divertissement, est la forme piquante d'un long recueillement". Après un parallèle entre Jean Paulhan et Alain, un dernier chapitre présente l'épistolier, qu'on peut ensuite goûter directement dans un choix de lettres écrites à l'auteur et à Marcel Arland. Cette découverte de Jean Paulhan à travers R. Judrin n'est pas de tout repos : on est mené grand train à travers quantité d'embûches ; et les observations de l'auteur arrivent en phrases si rapides, si drues, si serrées, que l'intelligence est constamment provoquée et maintenue en éveil par cette étude aussi attentive qu'admirative.

  • Judas le transparent

    Jacques Chessex

    • Grasset
    • 14 Avril 1982

    Chef d'une secte, les Témoins de la Nouvelle Résurrection, le sage Aschenbach, sa femme, ses filles jumelles, et un valet, vivent dans une ferme vaudoise isolée, où les fidèles viennent régulièrement participer à de singulières cérémonies. De quoi fasciner le vieux Raphaël Turner, propriétaire de la ferme, qui habite le château voisin avec ses fils. Entre les deux clans naît une complicité perverse, nourrie par la haine et le désir, où l'érotisme, les fantasmes, la violence ont leur part autant que l'alcool et la mystique, poussée jusqu'au délire des possédés. Peu à peu, tandis que Pâques approche, va s'imposer un transparent parallèle avec le drame de la Passion. Mais ici les vierges sont folles, le Christ démoniaque, les disciples dévoyés, et seul Raphaël semble se réserver un rôle conforme aux Ecritures : celui de Judas, le traître élu par Dieu, ou par Satan, comment savoir ? Du scénario millénaire, Jacques Chessex a tiré un superbe roman sensuel et brûlant. Son intensité passionne, son actualité surprend. Oui, le diable est parmi nous : ouvrez ce livre, vous ne pourrez plus en douter.

empty