les-jeunes-mortes

  • Le 21 septembre 1617, une jeune maman est retrouvée morte dans la maison des Petermann dans le val de Lièpvre, entre Alsace et Lorraine. On la dit suicidée, mais l'expertise médicale conclut au meurtre. L'affaire Petermann va accuser Anthoine, le vieillard qui dirige la famille et qui n'avait jamais attiré l'attention. Au terme de l'instruction juridique, Anthoine sera condamné à mort. Le crime d'Anthoine commis il y a 400 ans aurait pu avoir été perpétré aujourd'hui pour les mêmes raisons profondes et se retrouver dans la presse et au tribunal.

  • Ce livre s'adresse en priorité aux équipes de soins engagées dans le traitement des jeunes filles souffrant d'anorexies graves, traitement long, difficile mais plein de promesses. Un protocole univoque pour soigner ces malades n'existe pas, car les méthodes, en psychiatrie particulièrement, valent surtout par la façon dont elles sont appliquées Et pourtant des dispositifs thérapeutiques, alliés les uns aux autres, permettent des progrès décisifs dans l'amélioration physique et psychique des patientes. Dans cet ouvrage, chaque modalité de soins est présentée par un auteur (ou une équipe) habitué à sa pratique, capable de l'exposer clairement, d'en faire valoir les limites et de dénoncer les lieux communs thérapeutiques. L'intérêt du traitement de l'anorexie mentale est de réconcilier les spécialistes du corps et ceux de l'esprit, et cela dans tous les cas.

  • Années 80, dans la province argentine : trois crimes, trois affaires jamais élucidées qui prennent la poussière dans les archives de l'histoire judiciaire. Des "faits divers", comme on dit cruellement, qui n'ont jamais fait la une des journaux nationaux. Les victimes sont des jeunes filles pauvres, encore à l'école, petites bonnes ou prostituées : Andrea, 19 ans, retrouvée poignardée dans son lit par une nuit d'orage ; María Luisa, 15 ans, dont le corps est découvert sur un terrain vague ; Sarita, 20 ans, disparue du jour au lendemain. Troublée par ces histoires, Selva Almada se lance trente ans plus tard dans une étrange enquête, chaotique, infructueuse ; elle visite les petites villes de province plongées dans la torpeur de l'après-midi, rencontre les parents et amis des victimes, consulte une voyante... Loin de la chronique judiciaire, avec un immense talent littéraire, elle reconstitue trois histoires exemplaires, moins pour trouver les coupables que pour dénoncer l'indifférence d'une société patriarcale où le corps des femmes est une propriété publique dont on peut disposer comme on l'entend. En toute impunité. À l'heure où les Argentins se mobilisent très massivement contre le féminicide (1808 victimes depuis 2008), ce livre est un coup de poing, nécessaire, engagé, personnel aussi. Mais c'est surtout un récit puissant, intense, servi par une prose limpide.

  • Quels rapports les adolescents entretiennent-ils avec la fin de la vie? Comment se représentent-ils la mort? Quelles sont leurs pratiques funéraires? Quelles sont les questions qu'ils se posent sur la mort? Des auteurs ici rendent compte de ce que vivent des jeunes en lien avec la mort, le suicide, le deuil, l'après-mort. Il n'est pas rare que des jeunes soient tourmentés suite à la mort d'une personne aimée. Chaque fois le deuil est bouleversant pour eux. L'expérience d'un décès a des répercussions profondes. Lorsqu'un ami de leur âge meurt d'un accident ou d'une maladie, nombre de jeunes initient, pour soulager leur souffrance, des rites intimes qu'ils pratiquent entre eux. Dans ce numéro plusieurs auteurs rapportent et discutent de ces nouvelles pratiques funéraires des jeunes. La plupart des jeunes utilisent les médias sociaux et les pages d'Internet pour immortaliser l'histoire d'un ami décédé. Les jeunes d'aujourd'hui rencontrent la mort, réelle ou fictive, dans le cinéma, les téléséries, les jeux vidéo, les informations télévisées, etc. Ils n'ont plus les réserves d'autrefois pour parler de la mort. Même s'ils ne la rencontrent pas dans le réel de leur existence, ils connaissent tous un copain qui, par ses conduites, a risqué sa vie pour en évaluer le sens. Nombre d'entre eux, notamment les jeunes djihadistes, discutent sans voile de la possibilité de mourir, d'aller jusqu'au bout d'une passion létale. Toutefois, d'autres se sentent plus fragiles devant la mort. Des adultes peuvent les accompagner, leur donner, dans le cadre scolaire ou dans d'autres cadres sociaux, des occasions de paroles. Les réponses que l'on peut fournir aux adolescents n'ont de sens que si elles sont placées dans la diversité des contextes sociaux et historiques dans lesquels ils évoluent. Des auteurs ici montrent comment certaines pratiques de soutien peuvent aider les jeunes à exprimer leurs réflexions et leurs sentiments sur la mort, le mourir, le deuil et les douloureuses expériences de fin de vie.

  • En plein coeur de l'hiver, sur une autoroute verglacée de Slovaquie, un minibus achève de flamber... Six jeunes femmes ont péri dans l'accident. Le commandant Jana Matinova, appelée sur les lieux, reconnaît l'une d'entre elles, devenue prostituée à Bratislava Mais ce qui paraît une affaire banale est en réalité le point de départ d'une enquête qui va mener Jana dans les méandres terrifiants du trafic d'êtres humains, aux quatre coins de l'Europe de Kiev à Strasbourg en passant par Nice et Vienne à la recherche d'un tueur impitoyable, lui-même déterminé à retrouver une jeune et belle russe qu'il veut éliminer. "Les jeunes filles et la mort" est le premier volume de la série des investigations du commandant Jana Matinova, qui plonge avec talent des personnages d'une rare humanité dans des enquêtes policières contemporaines à l'atmosphère tourmentée.

  • Le Livre: Célibataire endurci, bientôt quadragénaire, le narrateur trompe l'ennui d'une existence creuse entre belotes de comptoir, plateaux télé, aventures sans lendemain, et dîners parisiens sans intérêts autre que de donner « l'impression (fausse) de vivre des choses étranges. » Pourtant ce soir-là, chez Alice et Paul Muratti, après quelques whisky et le traditionnel duel de baffes organisé par les hôtes pour mettre leurs convives en appétit, quand le maître de maison évoque le destin de Céline, sa fille, adolescente incontrôlable, bientôt toxicomane, le narrateur, brutalement projeté vingt-cinq ans en arrière, se souvient : à Carcans-Maubuisson, par une après-midi ensoleillée, c'est Céline Muratti, il en est sûr, qui lui a fait découvrir, gentille et dépravée, les joies et les misères du sexe... Le narrateur part alors à la recherche de cette fille, jadis singulière Lolita de 13 ans, aujourd'hui droguée, prostituée, malade peut-être, épave misérable. Quête nostalgique mais aussi coupable de celui qui croit pouvoir retrouver, en même temps que le souvenir lumineux de sa jeunesse, un sens à sa vie... Esprit à la fois observateur et fantasque, Philippe Jaenada, avec cet humour qui caractérise son style, ici apparemment flegmatique, là laissant libre cours à la fragilité et l'émotivité des êtres, déroule son récit en une succession de scènes dont l'incongruité ou l'extravagance burlesque n'ont d'égal que la justesse. Vie et mort de la jeune fille blonde se lit comme une fable moderne où, contre toute attente, la drôlerie et la légèreté l'emportent sur la gravité du cours des choses...

  • À trente-six ans, Richard Collier se sait condamné à brève échéance. Pour tromper son désespoir, il voyage, au hasard, jusqu'à échouer dans un vieil hôtel aux bords du Pacifique.
    Envoûté par cette demeure surannée, il tombe bientôt sous le charme d'un portrait ornant les murs de l'hôtel : celui d'Elise McKenna, une célèbre actrice ayant vécu à la fin du XIXe siècle.
    La bibliothèque, les archives de l'hôtel lui livrent des bribes de son histoire, et peu à peu la curiosité cède le pas à l'admiration, puis à l'amour. Un amour au-delà de toute logique, si puissant qu'il lui fera traverser le temps pour rejoindre sa bien-aimée.
    Mais si l'on peut tromper le temps, peut-on tromper la mort ?

  • Ils sont bébés, enfants ou adolescents, et déjà la mort s'est emparée d'une personne qu'ils aiment. Devant leur détresse, leurs silences, leurs questions, nous nous sentons souvent impuissants et ne savons pas toujours comment réagir.Comment leur annoncer le décès d'un proche ? Qu'en comprennent-ils à leur âge ? Comment parler de la mort accidentelle, subite ou par maladie, ou encore du suicide et de l'homicide ? Quelle est la différence entre leur deuil et celui des adultes ? Un deuil pourrait-il avoir un impact tout au long de leur vie ?Décrivant de façon claire et simple la façon dont les enfants vivent la mort d'un être cher, riche en témoignages et en conseils concrets, ce livre saura guider les parents, les éducateurs et toute personne proche d'un jeune endeuillé.
    La Canadienne Josée Masson, travailleuse sociale, a développé une expertise en matière de deuil chez les enfants et les adolescents depuis plus de vingt ans. Formatrice et conférencière internationale, elle a créé Deuil-Jeunesse, un organisme de bienfaisance qui assure spécifiquement des interventions professionnelles (individuelles, familiales et de groupe) pour les enfants et les adolescents endeuillés ou vivant différents types de pertes.

  • Connaissez-vous l'aire du Muguet, une aire de repos sur l'autoroute A6, près de la sortie Pouilly-en-Auxois ? Non ? Alors, n'hésitez pas à vous y arrêter, peut-être y ferez-vous, comme Pierre, un jeune routier, une rencontre bouleversante...

    L'auteur du Roi des Aulnes nous offre deux nouvelles surprenantes, pleines de poésie et de mystère.

  • Maigret et la jeune morte

    Georges Simenon

    • Omnibus
    • 25 Février 2021

    L'héritage d'un père - Le cadavre d'une jeune fille est découvert place Vintimille, à Paris. Maigret parvient à identifier la victime...L'héritage d'un père, escroc international Le cadavre d'une jeune fille est découvert place Vintimille, à Paris. Maigret parvient à identifier la victime : il s'agit de Louise Laboine, d'origine niçoise. En venant tenter sa chance à Paris quelques années plus tôt, elle se lie d'amitié dans le train avec Jeanine Armenieu, une jeune Lyonnaise. A Paris, tandis que Jeanine réussit à se faire ouvrir les portes de la haute société, Louise végète et sombre peu à peu dans la misère... Adapté pour la télévision anglaise en 1963, sous le titre The Lost Life, dans une réalisation de Campbell Logan, avec Rupert Davies (Commissaire Maigret) et pour la télévision en 1973, dans une réalisation de Claude Boissol, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Eléonore Hirt (Mme Crémieux), Ginette Leclerc (Irène).Retrouvez Simenon au Livre de Poche et dans les anthologies publiées chez Omnibus, une collection des Presses de la Cité.

  • L'histoire d'un couple, témoin de la difficile transition d'une dictature militaire à un régime démocratique où l'avenir ne paraît pouvoir se construire sans la destruction du passé.
    2 hommes, 1 femme / durée : 1 h 45

  • L'Amérique se meurt. L'Amérique est morte. Et l'Amérique se survit, un peu vampire, un peu zombie. La jeune défunte parade en une mascarade fantomatique et indécente. Elle éructe depuis le champ de ruines qu'elle hante désormais.
    Amis, rejoignons la sordide sarabande ouverte par Donald Trump ou Mark Zuckerberg. Dansons parmi les canyons vides de l'Utah et les bidonvilles du vieux Sud. Défilons derrière les serial killers, les robots cannibales et les survivalistes. Une dernière fois, rions et pleurons du décès éternellement suspendu d'America.
    Cet essai lyrique donne à voir le grand rêve qui dépérit. Il offre aussi une collection de portraits, un registre de personnages et un ensemble de scènes qui font aujourd'hui de l'expérience américaine un grand spectacle macabre.

  • Foulques, le puissant comte d'Anjou, l'un des hommes les plus cruels du royaume de France, rentre de son troisième pèlerinage à Jérusalem. À Metz, sentant sa fin venir, il dicte à un jeune scribe ses mémoires en forme de lettre à sa première épouse, morte toute jeune dans l'incendie de leur château. Il y confie ses crimes lors des guerres incessantes qu'il a menées contre la Touraine, Saumur et Blois et le pardon qu'il a cru obtenir en édifiant moult châteaux, églises et abbayes et en prenant le chemin de la Terre sainte en simple pénitent. Mais ce qu'il cherche à expier plus que toutes les horreurs commises, c'est sa conduite envers Elisabeth de Vendôme, la seule femme qu'il ait aimée et qu'il a sacrifiée à une soif de vengeance irrépressible.Dans cet étonnant portrait d'un grand féodal déchiré entre ses pulsions guerrières, sa foi en Dieu et la passion amoureuse, Roger Bichelberger évoque autant les affres du guerrier médiéval que les paradoxes d'un homme entre obscurité et lumière que seul l'amour peut racheter.

  • "Au crépuscule de ce jour d'été, Son Excellence Azraël, Ministre Perpétuel de l'Extermination, se sentit terriblement angoissé : il se trouvait seul ! Aucun de ses employés n'était présent au Service des Opérations Ponctuelles. Les escarmouches des talibans, les conflits au Moyen-Orient, en Palestine, en Irak, au Darfour et bien d'autres massacres ne laissaient pas de répit à ses cadres actifs". Dans ces contes tirés de recueils de nouvelles en persan : Les Dents, Contes impossibles et Faux et vrai, l'auteur laisse libre cours à une inspiration poéticofantastique, où les ressources de l'imaginaire se mêlent à l'humour et à la satire.


  • Quand Hervé Guibert meurt le 27 décembre 1991, à l'âge de trente-six ans, il est déjà une légende.Sait-on qui se cache sous l'homme au chapeau rouge ? Sous le masque de l'enfant terrible qui met en scène les plus inavouables de ses fantasmes ? Est-il seulement un autobiographie qui utilise sans complaisance ses amis et leurs secrets, le sida comme la peur de mourir ?De la Rochelle, où il fut élevé, à l'Ile d'Elbe, de l'exotisme des voyages à la fièvre des années Palace, François Buot reconstitue un destin. On découvre Hervé Guibert, journaliste, photographe, voyageur, séducteur, homme marié, ami de Michel Foucault, de Roland Barthes, de Zouc, d'Isabelle Adjani, d'Henri Cartier Bresson, scénariste de Patrice Chéreau. On le suit, au plus près, des premiers textes érotiques comme Les Chiens, jusqu'aux livres pudiques et impudiques, impitoyables de lucidité, où il s'expose en pleine lumière.La première biographie d'Hervé Guibert en révèle toutes les contradictions. Son envie de vivre. Sa course à la mort. Sa passion de la vérité.François Buot a publié chez Grasset deux biographies : René Crevel (1991) et avec Alexis Bernier, L'esprit des Seventies (1994).

  • Cet ouvrage retrace le parcours à la fois banal et tragique d'un jeune Savoyard qui, entre les deux guerres et comme des centaines d'autres, n'a guère eu le temps ni la possibilité d'accéder aux plaisirs de l'existence et qui se retrouve un jour au maquis des Glières, simplement parce qu'il aime la liberté et qu'il veut défendre son sol. A 18 ans, blessé grièvement au combat, traîné par les sentiers de montagne, il est torturé puis exécuté au Villaret de Thônes.

  • Le dieu qui était mort si jeune est un emportement, un texte de foi.

    Dans un mouvement excessif, c'est-à-dire à l'opposé de la sagesse et de la raison, haletant, éperdu, il chante la gloire de Jésus en tant qu'homme parmi les hommes, homme parmi ses frères.

    Il éclaire la démarche littéraire et philosophique de Frédéric Boyer en même temps qu'il la prolonge.

    Frédéric Boyer est un écrivain chrétien. Son attitude singulière, y compris pour ceux qui se réclament de la même foi, n'est pas dans l'acceptation, elle est dans la colère, dans la violence, la recherche et le risque.

  • Certaines personnes vivent des vies si palpitantes et si bien remplies qu'elles deviennent très vite passionnantes. Aline, co-auteur de cet ouvrage, appartient à cette catégorie. Son parcours est en effet totalement atypique, puisque c'est à cinq reprises qu'elle a échappé à la mort pour des raisons diverses. Un cheminement des plus exceptionnels, où alternent des périodes de descente aux enfers et de franche euphorie. Comment Aline les a-t-elle traversées ? En conservant un moral inébranlable, un optimisme constant et une âme d'artiste alimentée par sa passion pour la musique et le chant.

  • Découvrez le premier tome haletant de la saga des Brusses !
    Une histoire poignante dans l'atmosphère de la vieille Cévenne, au début du XXème siècle, entre 1908 et 1920.
    Un fait divers rustique chez des âmes simples, quelque part du côté de la vallée du Galeizon peut-être ? Qu'est-il arrivé dans la vieille clède du mas des Brusses ? Qui est coupable ? Le Tave, ce métayer un peu ours qui parle tout seul dans ses faïsses ? Le Tonin, cette brute épaisse et malfaisante ? Le Lulu, ce soldat traumatisé à peine revenu de la Guerre de 14 ? La Tougne, cette grande bringue, dont la physionomie peu avenante laisse transparaître la rudesse ? La Phonsine et sa jalousie permanente ? Qui avait intérêt à cela ?
    Voilà les questions auxquelles Phino, le vieux berger des Esclapes va devoir répondre, avec son neveu Gustin, cet inspecteur de police du cru, venu, le temps d'une enquête, se ressourcer chez ce tonton un peu spécial, au cours de nombreuses veillées autour d'un verre de clinton et d'un bon bajana, ces châtaignes desséchées cuites au lait.

  • Depuis son enfance basque, sur les collines de Guéthary, Francis Carennac était obsédé par le souci de discerner les apparences des êtres et leur vérité, le masque et le visage. Toute son adolescence est commandée par les questions qu'il se pose au sujet de sa famille et de la jeune fille qu'il aime. Jeune compositeur, "apprenti sorcier", il traverse Paris, les milieux de la musique, les revues littéraires ; entraîné en Suède, à la poursuite d'une femme, d'une mère, mêlé à des complots politiques, secrétaire d'un ambassadeur, il effrite sa jeunesse, et son "éducation" est plus celle d'un détective sentimental que d'un compositeur. Du moins ne ruse-t-il pas avec la musique, qui donne à cette vaste fresque sa gravité. Voici le célèbre quatuor de Schubert, écouté par un romancier musicien.

  • « Vous avez mis fin à vos jours, cette nuit à 4 h 30... » Un homme aux cheveux gris veille une jeune fille qui vient de se suicider. Îlot de silence immobile parmi le tumulte indécent de la ville, cette chambre est pleine d'indices, mais elle garde son secret ; et ce masque de cire et d'ivoire le garde plus hautainement encore. Et, tout au long de cet écrit, l'homme cherchera désespérément pourquoi on se tue à vingt ans, la veille de l'été, quand on a « tout pour soi... » Et il va s'aviser que, peut-être, nous sommes tous un peu responsables de ce crime : que cette époque et cette société sont les ennemies de tout ce que peut incarner une jeune fille, les ennemies de notre âme. Réquisitoire contre ce temps, méditation sur la mort, regard sur la jeunesse, cette « Lettre Ouverte » (que sa destinataire est la seule à ne pouvoir lire) du grand romancier auquel aucun problème humain n'est étranger, est née de l'alliance pathétique de la colère et de la compassion. Aucun lecteur ne sera insensible à l'intense émotion qui s'en dégage.

  • « Vous avez mis fin à vos jours, cette nuit à 4 h 30... » Un homme aux cheveux gris veille une jeune fille qui vient de se suicider. Îlot de silence immobile parmi le tumulte indécent de la ville, cette chambre est pleine d'indices, mais elle garde son secret ; et ce masque de cire et d'ivoire le garde plus hautainement encore. Et, tout au long de cet écrit, l'homme cherchera désespérément pourquoi on se tue à vingt ans, la veille de l'été, quand on a « tout pour soi... » Et il va s'aviser que, peut-être, nous sommes tous un peu responsables de ce crime : que cette époque et cette société sont les ennemies de tout ce que peut incarner une jeune fille, les ennemies de notre âme. Réquisitoire contre ce temps, méditation sur la mort, regard sur la jeunesse, cette « Lettre Ouverte » (que sa destinataire est la seule à ne pouvoir lire) du grand romancier auquel aucun problème humain n'est étranger, est née de l'alliance pathétique de la colère et de la compassion. Aucun lecteur ne sera insensible à l'intense émotion qui s'en dégage.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty