les-ames-noires

  • À l'occasion de la sortie, le 13 novembre 2013, du nouveau film de Roman Polanski, La Vénus à la fourrure, " Bouquins " réunit en un seul volume les romans majeurs de Leopold von Sacher-Masoch.

    À la fin du XIXe siècle, un professeur de psychiatrie de l'université de Vienne forgeait le mot " masochisme " pour définir un certain type de perversions sexuelles. Du nom de l'écrivain Leopold von Sacher-Masoch qui, dans de nombreux récits, met en scène de superbes femmes dominatrices et cruelles qui réduisent à leur merci, parfois à coups de fouet, des amants entièrement soumis. Léopold von Sacher-Masoch allait être lexicalement immortalisé, mais détruit en tant qu'homme de lettres.
    Né en 1836 en Galicie et mort en 1895 en Allemagne, cet écrivain autrichien de langue allemande était un esprit brillant formé par une éducation raffinée ; aristocrate libéral, héritier des Lumières, il enseigna dès 20 ans à l'université et, à 28, était un auteur reconnu et apprécié. Il a beaucoup publié au cours de sa carrière, et des ouvrages très divers, mais reste aujourd'hui largement méconnu. En France, seule une petite partie de son oeuvre a été traduite et, même parmi ces textes, très peu ont été réédités depuis les premières traductions, parues du vivant de l'auteur. Même ramenés à leur part érotique et " masochiste ", ces romans et nouvelles sont relativement mal servis : seuls quelques-uns ont bénéficié de rééditions récentes, et l'offre reste éparse. Sans même songer à révéler ses ouvrages oubliés, mettre à la disposition du public ses OEuvres maîtresses sous la forme commode d'un volume unique est d'un intérêt capital.
    Le livre contient deux romans et dix-neuf nouvelles d'ampleur variée, présentés dans l'ordre chronologique, parmi lesquels le plus célèbre, La Vénus à la fourrure. C'est aussi le plus actuel : adapté pour le théâtre par Christine Letailleur en 2009, il est porté à l'écran par Roman Polanski en 2013 - mais le cinéaste a adapté une adaptation, une pièce écrite par David Ives créée en 2010 à New York, Venus in Fur. À la faveur de cette actualité, retrouver l'oeuvre littéraire s'impose. Souvent réédité, ce roman gagne ici à être présenté au sein d'un ensemble plus vaste : il est ainsi mis en perspective. Il importe aussi de souligner que ce recueil comporte un nombre non négligeable de ces textes qui n'avaient plus été repris depuis leurs premières traductions, notamment " Le cabinet noir de Lemberg ".
    Il s'agit de retrouver l'essence littéraire des clichés qui se sont développés à partir d'un concept psychiatrique déjà injustement réducteur ; c'est à cela que vise ce volume : permettre un retour aux sources romanesques du " masochisme ", qui ont inspiré des écrivains comme Georges Bataille ou Michel Foucault, jusqu'à l'auteur de Cinquante Nuances de Grey.
    Ce volume contient : La Vénus à la fourrure o Le Cabinet noir de Lemberg o La Pêcheuse d'âmes o Les Batteuses d'hommes o La Pantoufle de Sapho et autres contes

  • Placez votre foi en Holmes... Il ne reste que lui pour vous sauver. Dans cette série commence les nouvelles aventures du détective. Et plus que jamais il aura besoin d'alliés.
    Sherlock est déterminé à trouver les criminels ayant provoqué le drame de Keelodge. Son frère Mycroft l'a écarté de l'affaire et il ne dispose que de peu d'éléments pour son enquête. Elle prend un tournant décisif quand il se retrouve face au répugnant Edward Hyde, menacé de mort par ceux qui ont condamné le village.

  • Hester Latterly est engagée par une riche famille écossaise pour accompagner une vieille dame à Londres. Son unique consigne ? Lui faire avaler son remède pour le coeur, qu'elle a fragile. Dans le train, Hester se lie d'amitié avec sa patiente, lui administre le médicament, puis s'endort. À son réveil, la vieille dame a rendu l'âme. L'autopsie révèle qu'il s'agit d'un empoisonnement, et Hester, accusée du meurtre, est emprisonnée. Tous les amis de la jeune femme se mobilisent : Monk part pour Édimbourg afin d'y mener enquête avec le soutien de Rathbone, d'Hester et de Callandra. Ensemble, ils finiront par découvrir la vérité... et bien plus encore.Cette nouvelle enquête de William Monk donne l'occasion à Anne Perry de nous fournir une illustration supplémentaire de l'ingéniosité parfois perverse avec laquelle elle explore les dessous de l'Angleterre du XIXesiècle.

  • Natifs des âpres montagnes calabraises de la Locride, trois adolescents, bons élèves et bons fils, choisissent la voie du crime pour échapper à la misère. Mais ils auront beau refuser l'embrigadement de la 'ndrangheta - la mafia calabraise - pour partir à la conquête du monde, devenant braqueurs à Milan puis trafiquants de cocaïne aux contacts des réseaux planétaires, islamistes compris, ils reviendront toujours sur ces hauteurs d'où l'on aperçoit deux mers mais où les porcheries cachent parfois des victimes d'enlèvement crapuleux, où les forêts sont hantées d'âmes noires, fugitifs recherchés par la justice étatique ou la vengeance mafieuse.

  • "Soyez impitoyable. J'apprends vite. Écrire est devenu ma passion. Je lui sacrifierai tout."  Au fil des lettres adressées à celle qui accompagne son projet de roman, le parcours d'un fou de lecture et d'écriture pris dans son cadre quotidien, la prison. Une longue peine et ses petits accommodements. La puissance du rêve. La rage d'être inutile au monde. Mais aussi la célébration de la vie comme réserve d'anecdotes drolatiques, de solidarités, de projets. Des pages étincelantes d'humour, d'émotion. L'autoportrait, en creux, d'un homme enfin libéré.  "C'est pas pour être reconnu que j'écris, ce qui me pousse est plus profond, quand j'imagine que pour la première fois je serais autre chose qu'un criminel." Figure du grand banditisme, connu sous le nom de « la Bête », Éric Lammers a marqué les années de plomb belges. Condamné à perpétuité pour un double meurtre, il a passé dix-sept ans en prison. Il doit sa libération, en 2002, au contrat signé pour une pièce radiophonique diffusée par France Culture. Au terme d'une réinsertion qui a connu quelques péripéties est paru un recueil de nouvelles, Une vie de... (Weyrich, 2015). La publication, aujourd'hui, de Une âme plus si noire, lettres couvrant les deux dernières années de sa détention, révèle le parcours d'un homme que l'écriture a transformé.

  • La nuit noire de l'âme

    Pamela Kribbe

    • Helios
    • 15 Septembre 2017

    Dans cet ouvrage, Pamela Kribbe partage avec nous le récit intime de la plus grande épreuve de sa vie. Écrivaine et thérapeute spirituelle reconnue, elle s'est trouvée d'abord confrontée à la maladie, ensuite à l'insomnie et ses angoisses, pour enfin sombrer dans la dépression et la psychose. Son état fut tel qu'elle a dû être hospitalisée et suivre un traitement psychiatrique. Elle décrit cette traversée avec une franchise désarmante, tout en cherchant à donner un sens à ce qu'elle a vécu du point de vue spirituel. Que signifient la dépression et la psychose au niveau de l'âme ? D'où surgissent-elles, et peuvent-elles apporter du positif ? Quel est le rôle de la psychiatrie dans l'expérience d'une nuit noire de l'âme ? La deuxième partie de cette oeuvre nous offre une série de messages canalisés, relatant les crises profondes que nous pouvons vivre, du besoin de faire face à notre propre obscurité, de la possibilité de guérison et de transformation véritables.

  •     L´Afrique du Sud passe pour « le pays de Mandela ». Mais l´homme qui incarne le « miracle » politique en Afrique du Sud est si exceptionnel qu´il ne peut être représentatif d´un pays couturé des plaies de l´apartheid. Ce privilège ambigu revient à son ex-épouse, la « mère de la Nation » durant les décennies de combat, mais qui n´est finalement pas devenue la Première dame de la « nouvelle » Afrique du Sud, parce qu´elle s´est rendue coupable de crimes de sang à la tête du Mandela United Football Club, sa milice personnelle.     Peut-on combattre un système hideux comme l´apartheid, sans en emprunter des traits, sans embrasser la violence et la haine ? Voilà le fil conducteur de cette enquête biographique, riche en épisodes inédits, qui est aussi un retour sur le passé et une interrogation sur l´avenir de l´Afrique du Sud. Il s´agit ici de retracer une histoire extraordinaire, celle d´une fille du Transkei qui « monte » à Johannesburg, la Cité de l´or, où elle épouse en même temps que l´étoile montante de l´ANC, une lutte sans merci qu´elle devra mener seule. Durant les vingt-sept années que Nelson passera debout en prison, Winnie affronte l´apartheid au quotidien : elle est harcelée jour et nuit par la police, séparée de ses deux filles, torturée en prison, trahie par des « amis », assignée à résidence puis « bannie » au coeur du pays afrikaner, totalement isolée dans la « petite Sibérie » qu'est son exil intérieur. En dépit de toutes ses blessures intimes, c´est Winnie qui inspire la résistance contre l´ordre ségrégationniste, c´est elle - bien plus que l´ANC - qui est en phase avec les townships rebelles, d´abord avec la jeunesse de Soweto, en 1976, puis avec les ghettos du pays tout entier au milieu des années 1980. Cependant, à l´heure de la « libération » négociée, elle perd, outre ses postes dans le mouvement anti-apartheid arrivé au pouvoir, à la fois son mari et son honneur. Elle n´est plus qu´une icône abîmée. Et si c´était cela la vraie image de l´Afrique du Sud, le « pays de Mandela » qui se révèlera après la mort de Nelson ?

  • "Ancêtres, ancêtres placides / De nos terres-dogmes et parfumées / Debout ! / Dans la bouche de mes mots / Il y a un plat pour vous : / Libération !"
    "Ce recueil se fait cantique pour dire aux ancêtres, et au travers d'eux, chacun d'entre nous, qu'il est temps de sortir de la léthargie". Cédric Marshall Kissy

  • L'auteur raconte son histoire et celle de sa famille : - La légende familiale constituée des souvenirs racontés par les parents et qui résument l'aventure humaine d'une famille de pied noir arrivée en Algérie vers 1850. - De sa naissance avec ses souvenirs vécus et les choses qu'il a vues et auxquelles il a participé jusqu'à son départ pour le service militaire. - Sa guerre d'Algérie comme chef de harka dans le Constantinois, ses joies, ses peines, ses peurs, et surtout l`amour qu'il a éprouvé pour ces hommes qui ont servi sous ses ordres ainsi que pour leur famille, et leur abandon par l'armée. C'est aussi l'évocation de petites histoires qui décrivent la vie d'un chef de section de 20 ans, perdu dans la montagne et qui doit tout résoudre seul. C'est en résumé la synthèse de 21 mois à beaucoup marcher, à beaucoup observer, à beaucoup chercher, à se battre un peu mais avec intensité et à aiguiser la patience. C'est le retour à Alger en janvier 1962 avec tous ces morts et ces violences, puis c'est la fin d'une vie en Algérie heureuse, l'autre va commencer en métropole en juillet 1962.

  • Freya vit avec sa meute dans les forêts glaciales de Norvège. Maudite par les dieux nordiques, elle est incapable de se transformer en louve. Contre toute attente, le beau Caïn, héritier d'une puissante meute rivale, devient son allié. Mais leur relation bascule lors d'une terrible nuit qui la force à s'enfuir et abandonner les siens.
    Comme si être une demi-louve ne suffisait pas, la mort de sa mère, son alpha, ne lui laisse pas le choix. Elle doit retourner sur ses terres, affronter Caïn et prendre les rênes de sa meute.
    Résolue à suivre sa destinée, Freya voit sa détermination faillir lorsqu'un alpha à l'aura ténébreuse débarque en ville pour lui proposer un mystérieux pacte. L'encre sur sa peau l'hypnotise plus que de raison et elle perd pied.
    Tiraillée entre son coeur et son destin, elle remet tout en question. Les dieux nordiques l'ont déjà privée de sa nature de loup ; seraient-ils capables de la précipiter vers sa chute ? Aujourd'hui, ils la mettent en garde : certaines passions finissent dans le sang.

  • Une fillette portée disparue, un drame enfoui depuis plus de vingt ans dans la mémoire d'une petite ville de province, une enquête rondement menée par un quatuor de femmes au caractère bien trempé : tels sont les ingrédients de ce thriller énergique qui, pour une fois, fait la part belle aux personnages féminins.0300Fuyant le marasme de sa vie parisienne, Asia s´est réfugiée dans la petite ville de son enfance. Entre une histoire bancale avec un homme marié, la garde de Marcelle - une vieille dame indigne qu´elle adore - et une improbable collaboration au journal local, elle attend de trouver la force de s´arracher à cette existence médiocre où elle s´enlise. Sa vie bascule le jour où une enfant du coin disparaît. Seule journaliste sur place, elle passe au journal télévisé et son image furtive surgit dans l´appartement parisien d´Iris, une jeune romancière à succès qui coule des jours heureux avec Clara, sa compagne. Quand elles avaient dix ans, Iris et Asia étaient inséparables. Jusqu'au jour où la famille d´Iris a précipitamment quitté la ville. Les deux petites filles ne se sont plus jamais revues. Les fantômes du passé refont alors surface poussant Iris à retourner en secret sur les lieux de son enfance. Suivie par Clara, intriguée et jalouse. Et c´est ainsi que les trois femmes se retrouvent dans cette ville étouffante où tout le monde s'épie et garde pour soi ses pires secrets, chacune en quête d´une vérité cachée. Quant à Marcelle, il s´avérera, malgré ses pertes de mémoire, qu'elle en savait plus qu'on ne le présumait. Après Marguerite, Françoise et moi, récit autobiographique en forme d´hommage aux femmes écrivains ayant influencé sa vie, Danièle Saint-Bois se lance audacieusement dans le genre du thriller dont elle se réapproprie les codes tout en conservant son style singulier. Construit comme une poupée russe, ce roman nous entraîne dans une sombre intrigue policière dont découle une seconde trame plus effrayante encore que la première. Avec sa verve inénarrable et cette écriture franche et directe qu´on lui connaît, Danièle Saint-Bois crée des personnages forts et volontaires à qui elle prête son regard peu amène sur l´humanité. Mais, une fois encore, ce sont les femmes qui sauvent l´honneur !0300Dans le sud de la France, la disparition inexpliquée d'une fillette bouleverse les habitants d'un village apparemment sans histoires. Pigiste au journal local, Asia reçoit un coup de fil anonyme lui enjoignant de se rendre dans une scierie désaffectée pour y trouver des éléments concernant l´enfant disparue. Elle se retrouve alors prise au piège d´un engrenage infernal. Car très vite, l´enquête ravive le cauchemar d´un autre drame ayant eu lieu vingt ans plus tôt. Les coupables d´hier sont-ils les mêmes que ceux d´aujourd´hui ? Pour le savoir, Asia devra dissiper l´amnésie collective qui semble avoir frappé toute la ville. Et renouer avec son amie d´enfance, Iris, auteur de best-sellers, et bien décidée, pour des raisons tenues secrètes, à faire justice elle-même. Avec cette verve, cette écriture franche et directe qu´on lui connaît, Danièle Saint-Bois crée des personnages forts et volontaires à qui elle prête son regard peu amène sur l´humanité. Un thriller énergique qui, pour une fois, fait la part belle aux personnages féminins.0600 À propos deMarguerite, Françoise et moi:

    Josiane Savigneau,Le Monde des livres « La narratrice est écrivain, pas écrivaine. En bonne féministe, disciple de Yourcenar et de Sagan avec qui elle partage de surcroît le goût des amitiés particulières, elle ne supporte pas la démagaogie du politiquement correct. Elle ne supporte pas non plus celui qu'elle appelle "NSP" Jean-Claude Perrier,Livres Hebdo Richard Cannavo,Télé ciné Obs « Yourcenar et Sagan. Les deux figures invitées par Danièle Saint-Bois au coeur de son salon narratif. Les témoins féminins de "la lutte sans merci entre écrire et ne plus écrire", "mourir, ne pas mourir" Hebdo Mag Yolande Bastian,Page Biographie magazine Atmosphères Manuela Giroud,Le Nouvelliste Isabelle Castéra,Sud-Ouest Françoise Lafaix,L'Yonne républi

  • Traversées poétiques dans les abysses de l'âme humaine C'est une poésie magique, quantique, puissante au-delà de tout verbe, elle nous emprisonne, nous aveugle de sa beauté, mais en même temps nous guide comme un phare philosophique. Le verbe frissonne, murmure, chantonne, rythme le son de notre âme et nous fait découvrir Les secrets inaudibles Des langages mutiques, Qui gisent au fond de soi Nous sommes les captifs des méandres de son âme, nous sommes à la fenêtre de son intimité et nous nous laissons couler, happer aux fins fonds de son univers avec délectation Toutes mes envies d'ailleurs, Se sont évanouies. Entre mes doigts fébriles, Ruisselle plus que de l'or. Même lorsque tout n'est que douleur, son chant d'amour déchirant nous soigne le coeur, avant d'atterrir rassasiés et enivrés par son doux vin pros'éthique en merveilleuse compagnie... Ces Hymnes à la Vie immortelle, aux Morts qui ne sont pas morts, à l'Amour blessant mais transcendant, à l'Amitié éternelle, à l'Enfance lumineuse, à l'Humanité, font de nous des convives heureux et reconnaissants, de ce lieu entre deux mondes, de nous-mêmes, de ce livre magnifique « ÉCLATS de son âme, de notre âme »... Aux aubes éblouissantes Naissant dans tes prunelles Un recueil poétique envoûtant dans lequel on se perd volontairement EXTRAIT A mes pieds, sont couchées Mes défaites poétiques. Comme transi de froid, J'ai le verbe frissonnant. Plus aucun vêtement, Ni de masque esthétique, Il n'est que toi et moi, Dans le nous qui m'ébranle. A PROPOS DE L'AUTEUR Chantal Epée est camerounaise et française, « Être écrivant » comme elle se définit elle-même, passionnée par les arts et cultures d'Afrique et de ses diasporas, travaille inlassablement à leur promotion, car elle est la fondatrice et présidente de l'Association Afrodiaspor'Arts Expressions of Black Cultures grâce à laquelle elle participe à mettre en lumière les littératures, musiques, arts plastiques et autres expressions artistiques et culturelles des mondes noirs. Elle publie simultanément deux recueils de poésie magnifiques aux Éditions Diasporas Noires et travaille activement à d'autres genres littéraires. Son talent flamboyant ne laisse aucun répit, il est là à chaque mot, chaque vers, chaque page, nous éblouit constamment.

  • L'histoire commence le 28 juillet 1986 par le braquage, au Havre, de deux camions-citernes remplis d'ammoniac liquide destiné à une usine de cigarettes. 24 000 litres envolés, sept cadavres, une jeune femme disparue.
    Les OPJ Nora et Brun enquêtent. Vingt ans durant, des usines serbes aux travées de l'Assemblée nationale, des circuits mafieux italiens aux cabinets de consulting parisiens, ils vont traquer ceux dont le métier est de corrompre, manipuler, contourner les obstacles au fonctionnement de la machine à cash des cigarettiers. David Bartels, le lobbyiste mégalomane qui intrigue pour amener politiques et hauts fonctionnaires à servir les intérêts de European G. Tobacco.
    Anton Muller, son homme de main, exécuteur des basses oeuvres. Sophie Calder, proxénète à la tête d'une société d'évènementiel sportif.
    Ambition, corruption, violence. Sur la route de la nicotine, la guerre sera totale.

  • L'ultime aventure du personnage de Frank Elder, inspecteur de police à la retraite, qui doit intervenir dans une affaire à laquelle est mêlée sa fille Catherine. 
    Une enquête mêlée à un drame intime. 

  • Âmes volées de Stuart Neville Traduit de l´anglais (Irlande) par Fabienne Duvigneau Editions Rivages L´inspecteur Jack Lennon aurait bien aimé passer Noël avec sa fille, mais la police de Belfast est confrontée à un trafic de filles venues de l´Est, orchestré par des Lituaniens alliés à un groupe de Loyalistes. Galya, jeune prostituée ukrainienne, a pris la fuite après avoir tué l´un des deux chefs du gang. Lorsque le corps de Tomas est découvert, son frère Arturas n´a plus qu´une pensée en tête : rattraper Galya et assouvir sa vengeance. Que faire quand on est sans papiers dans un pays inconnu, qu´on a tué un homme et qu´on est poursuivie par des Lituaniens enragés ? Se tourner vers un protecteur. Galya a confiance en ce mystérieux client qui lui a promis de l´aider. Ce que la jeune fille ne sait pas, c´est que cet homme représente la pire menace qu´on puisse imaginer. Dans ce troisième volume de la trilogie de Belfast, on retrouve l´inspecteur Jack Lennon aux côtés d´une héroïne inoubliable qui lutte pour sauver sa vie. Né en 1972, Stuart Neville vit en Irlande du Nord. Son premier roman Les Fantômes de Belfast a été récompensé par de nombreuses distinctions, dont le Grand Prix du roman noir étranger de Beaune, le Prix Mystère de la critique et le Trophée 813 du meilleur roman étranger.

  • Depuis le vol de la lettre par l'esclave qui accédait à l'écriture au péril de sa vie, le parcours de la lettre noire se fait en référence à la liberté et à l'illettrisme. Écrire est une conquête, un signe d'humanité, un miroir tendu au maître. L'oralité originaire du parler noir et le topos du « livre qui parle » hantent l'écriture de romans complexes qui mettent en abyme les aléas des correspondances. L'épître est aussi, à l'instar des lettres des soeurs Grimké, cette lettre « ouverte », héritière du sermon, qui s'inscrit dans une démarche politique. Lettre de protestation, lettre intime qui se fait publique, elle participe alors aux luttes qui jalonnent l'histoire noire. Retour aux sources, elle est le matériau brut de l'artiste Raymond Saunders. Elle intervient. Elle insiste.
    Retracer la trajectoire de la lettre dans la culture afro-américaine, tel est le but de ces essais qui portent sur les lettres de prison (George Jackson et Mumia Abu-Jamal), le roman épistolaire (Alice Walker) et ses avatars dans le roman postmoderne contemporain (John Edgar Wideman, Percival Everett), et les correspondances d'écrivains avec leurs éditeurs (James Baldwin, Charles Chesnutt, Richard Wright).

  • «J'ai tiré, il est tombé dans le caniveau. Je me souviens du bruit. Sourd. Un sac de terre sur le pavé. Je ne savais même pas qui c'était. Après je lui ai encore donné des coups de pied. La haine. Je ne croyais pas que c'était possible, haïr à ce point. Haïr un inconnu qu'on vient de tuer. Haïr un mort. Je ne sais pas combien de fois il aurait fallu que je le tue pour cesser de le haïr.Mes coups de pied l'ont fait rouler jusqu'au bord du quai. Il est tombé dans le canal entre deux bateaux. Je l'ai vu disparaître dans l'eau noire.»Je tue mon père sans le savoir. Tu veux comprendre pourquoi. Elle, Il devait la tuer. Nous n'en savons pas plus. Vous non plus. Ils se demandent ce qui a bien pu se passer.Michel Vittoz est l'auteur des romans OEdipe à Paname (10/18 Christian Bourgois Éditeur 1990. Éditions Point de Mire 2002). La Conversation des Morts (en 7 volumes) : Tome 1 L'Institut Giuliani (Buchet Chastel, janvier 2002) Grand Prix du Roman de la Société des Gens de Lettres 2002.

    Michel Vittoz est l'auteur des romans OEdipe à Paname (10/18 Christian Bourgois Éditeur 1990. Éditions Point de Mire 2002). La Conversation des Morts (en 7 volumes) : Tome 1 L'Institut Giuliani (Buchet Chastel, janvier 2002) Grand Prix du Roman de la Société des Gens de Lettres 2002.

empty