de-passage


  • Un vieil homme solitaire est retrouvé mort dans son lit. Il semble avoir été étouffé sous son oreiller.

    Dans ses tiroirs, des coupures de presse sur la découverte du corps d'une jeune couturière dans le passage des Ombres en 1944, pendant l'occupation américaine. Pourquoi cet ancien crime refait-il surface après tout ce temps ?
    La police a-t-elle arrêté un innocent ? Soixante ans plus tard, l'ex-inspecteur Konrad décide de mener une double enquête.
    Jumeau littéraire d'Erlendur, il a grandi en ville, dans ce quartier des Ombres si mal famé, avec un père escroc, vraie brute et faux spirite. Il découvre que l'Islande de la "situation" n'est pas tendre avec les jeunes filles, trompées, abusées, abandonnées, à qui on souffle parfois, une fois l'affaire consommée, " tu diras que c'était les elfes ".

    Un polar prenant qui mêle avec brio deux époques et deux enquêtes dans un vertigineux jeu de miroirs. Où l'on découvre que les elfes n'ont peut-être pas tous les torts et que les fééries islandaises ont bon dos...

  • Les vacances de Noël se présentent mal pour le Club des Cinq... Claude et ses cousins sont bloqués à la Villa des mouettes  : ils ont eu de mauvais résultats scolaires et M. Rolland est venu pour les faire travailler. Mais bien vite, les enfants remarquent que leur professeur a un comportement curieux... 

  • Le passage de la nuit

    Haruki Murakami

    • Belfond
    • 25 Août 2011

    Un roman d´atmosphère, voguant sur plusieurs genres : drame psychologique, histoire fantastique et thriller s´entrelacent. A Tokyo, de nos jours, le temps d´une nuit. Une jeune fille qui lit, une autre qui dort. Elles sont soeurs. Un livre énigmatique et hypnotique dont chaque détail est un petit caillou qui, rétrospectivement, fait sens.Tokyo, de nos jours, le temps d´une nuit.Un peu avant minuit. Un bar. Mari Assaï, une jeune Tokyoïte, est plongée dans la lecture d´un gros livre. Elle boit du café. Elle fume cigarette sur cigarette. Un jeune homme surgit. Il la reconnaît, s´assied à ses côtés.Même heure. Une chambre. Éri, la soeur de Mari, dort à poings fermés. Sommeil profond. La télévision se met en marche. Sur l´écran, une pièce vide et un homme assis.Un ballet de rencontres. Un informaticien désabusé, une femme de chambre en fuite. Une prostituée agressée, une gérante d´hôtel vengeresse. Au cours d´une seule nuit, des évènements vont survenir, entre réalité et fantasme.

  • Dans l'oeuvre multiforme et démesurée de Jean-Claude Pirotte, Poésie/Gallimard a choisi de rassembler trois recueils qui offrent, pour les années 2008-2011, un parcours, une traversée, avec pour double décor le Jura et la mer du Nord. Dans Passage des ombres, on va de l'un à l'autre, plusieurs fois, le paysage semble une toile de fond pour ces ombres passantes, passagères. Station suivante, Cette âme perdue, il n'y a plus qu'un seul lieu, la mer du Nord qui envahit chaque page - une surprenante ode maritime en 88 poèmes, avec poissons, naufrages, noyés, marées, tonnerres sur la mer. Dernière station, Ajoie, "le pays de l'Ajoie", là aussi le paysage prend possession de chaque poème. La mer est remplacée par les monts du Jura, côté Suisse.
    Le tryptique composé par ces recueils donne un tableau où les éléments finalement se fondent. Mer du Nord et Jura : le même ciel, la même terre. Une géologie sereine ou plus trouble, qui appelle inéluctablement la tempête, car le vent souffle à chaque page ou presque. Et puis il y a ce qui singularise Pirotte entre tous, ces légères traces d'ironie dans la mélancolie, qui souvent s'inversent en traces de mélancolie dans l'ironie... Selon les moments, cette poésie apparaîtra ludique, entièrement teintée d'humour, d'irrévérence, ou au contraire sombre, chargée de tous les désespoirs ambiants. En fait, c'est une parole qui se donne pour familière, aussi proche, affectueuse et intime que possible, comme si elle était là, toute proche, et murmurait depuis la pièce d'à côté.

  • Lorsque s'effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C'est le jeune Nain Tungdil qui donne l'alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, le Mage Lot-Ionan, il découvre l'armée qui avance sur le pays. À la tête de cette force d'invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ...

  • Jacqueline Kennedy, Jacques Chirac, Romain Gary, Françoise Sagan, Germaine Krull, Vladimir Horowitz, Florence Malraux... C'est avec un regard alerte, tantôt taquin, tantôt tendre et bienveillant qu'Alain Malraux, fils adoptif et neveu d'André, homme de lettres devenu un des ministres les plus emblématiques de De Gaulle, croque les plus grands esprits de son temps : hommes politiques, résistants au destin d'exception, musiciens de génie, écrivains hors pair, qu'il a eu la chance de côtoyer... Il dresse ainsi une chronique lucide, vivante et émouvante de la France des années 1930 à 1980, dans ses soubresauts, ses joies et ses bouleversements.
    De ce récit fascinant émaillé d'anecdotes personnelles qui mêle histoire, arts, politique et culture ressort le portrait d'hommes et femmes d'une envergure insoupçonnée pris dans les tourments d'une histoire intime et universelle. Enrichi de photographies d'époque, ce livre fait revivre un siècle passionnant dont Alain ressuscite pour nous le parfum, et le son, délicat et furtif, tel celui d'un grelot...
     

  • Puis il s'était penché. Je m'étais approchée pour lui offrir ma joue. Mais il s'était penché encore. Et soudain, dans le choc des visages, j'avais senti l'humidité de sa bouche s'échouer au coin de mes lèvres. Je n'avais eu que le temps d'esquisser un mouvement de recul. Il avait refermé la portière, me faisant un signe de la main en me souriant tandis que la voiture démarrait et que je m'effondrais sur le dossier, essuyant mon visage avec dégoût sur la manche de ma veste en jean, le coeur battant, en retenant mes larmes.
    New York, septembre 1997. La jeune Cécile est étudiante. L'un de ses professeurs est un écrivain célèbre : Serge Doubrovsky, pape de l'autofiction. Entre elle et lui s'installe une relation très forte. Les années passant, la jeune femme et l'écrivain se voient, à Paris ou à New York, ils dînent ensemble, apprennent à se connaître toujours plus intimement, échangent sur la littérature et sur la vie. Bientôt, ils n'ont plus de secret l'un pour l'autre, une confiance absolue les lie. Pygmalion ou père de substitution, Doubrovsky n'est pour Cécile ni l'un ni l'autre. Du moins se plaît-elle à le croire et à le lui faire croire.


  • Paris, 1838. Bienvenue dans l'enfer d'une prison pour enfants.

    À la prison de la Petite-Roquette, on se charge de couper les ailes des "oiseaux de passage". Des enfants.
    Enfermé pour "correction paternelle" - mais pour corriger quoi ? -, Jacques rêve chaque nuit du visage de sa mère, qui disparaît aussi vite que le garçon s'habitue aux tâches ingrates, aux coups des matons, à ses camarades d'infortune... Ceux-là sont son seul soutien, de Séraphin le petit moineau à Charles l'oiseau-lyre, que l'on dit fils d'un grand poète.
    Ensemble ils résistent et, bientôt, s'élèvent. S'envolent. Et s'évadent. Hors les murs.
    "L'auteur signe un roman fort, touchant, pour donner la parole à ces bambins comme si, avec son livre, elle avait voulu leur offrir, enfin, un nid tendre et réconfortant. " - Version Femina

    Cet ouvrage a reçu le prix Paul Féval de la Société des Gens de Lettres.

  • Le récit de Franco Borgogno, participant à l'expédition scientifique qui, en 2016, s'est rendue dans le passage du Nord-Ouest pour étudier l'impact environnemental du plastique dans les mers et océans du monde. Un précieux témoignage qui aide à comprendre la gravité et les conséquences dévastatrices - aussi bien sur notre santé que sur l'économie globale - de la plus importante et inquiétante forme de pollution, pourtant encore largement ignorée

  • L'intrigue, ou plutôt les intrigues de ce premier roman, rêvé et rédigé à l'étranger (en Égypte et surtout en Angleterre, dans les années 1952-1953), se déroulent à l'intérieur d'un immeuble parisien, qui doit fonctionner comme une maquette de la réalité, une sorte d'échantillon de Paris. Cette ville, confiera Butor, dans Curriculum vitae (Plon, 1996), « je l'avais énormément explorée, j'y avais beaucoup flâné à pied, et pourtant elle m'échappait. [...] J'avais donc besoin de représenter Paris en réduction, afin de l'apprivoiser. » Entre les étages de cet immeuble circule une foule de personnages, qui se croisent d'un appartement à l'autre, les douze chapitres correspondant aux douze heures de la nuit au cours de laquelle une adolescente meurt. Évocation de Paris, adieu à l'enfance, le livre joue aussi sur la mobilité des points de vue, l'enchevêtrement de l'espace et du temps, et les mots de son titre : le milan plane sur la ville comme I'oiseau-narrateur sur son texte.

  • Jacques Chessex fut un de nos très grands écrivains, travaillé par la question du mal, du désir, du salut - que les paysages et montagnes vaudoises ne purent jamais enserrer ou résoudre. Dix ans après sa mort, nous publions ce recueil de magnifiques nouvelles inédites, toutes teintées d'érotisme et de mysticisme. Plusieurs d'entre elles se déroulent dans un espace clos  : hôpital psychiatrique ou pensionnat, qui ne sont pas sans rappeler le monde de l'enfance de Chessex - approché autrefois dans L'économie du ciel et dans Monsieur.
    Ainsi la première,  Le Portier, met en scène des jeunes filles, livrées, ou plutôt se livrant, aux attouchements du portier. Celui-ci, égaré, voit en elles des   brebis, dont il est le berger et le consolateur. Dans  Innocenti, les pensionnaires d'un établissement religieux sont abusées par des religieuses et une infirmière. Chez Chessex, le monde de dieu n'est jamais loin, mais inatteignable - et son calvinisme austère toujours transgressé  : toute laideur peut devenir grâce, quand l'écriture et l'envie s'en mêlent.
    Il y a dans ces pages une vitalité, un goût pour l'extase, pour l'amour en toutes ses formes, et une écriture sublime, provocante et tendre, que n'oubliera jamais le lecteur - familier ou découvrant cette oeuvre.

  • À travers plusieurs histoires croisées, Vincent Farasse propose une réflexion sur le monde moderne et les nouvelles formes de violence qui se jouent au sein d'une société en apparence pacifiée.
    Mon oncle est reporter : Camille vit à Lille et travaille à Bruxelles. Tous les jours il prend le TGV pour rejoindre son travail.
    Le Passage de la comète : Dans cette pièce, les histoires qui s'entrecroisent sont réunies par un thème commun : l'évolution quotidienne dans un monde sur lequel les personnages n'ont plus de prise.

  • Pourquoi Semueld Askell rôde-t-il nuit et jour dans le village d'Applecross, accompagné d'un vol sinistre de corbeaux ? Tout cela ne présage rien de bon. Il semble qu'il ait réveillé la colère des Autres, ces créatures magiques qui vivent dans la Terre Creuse... Mais c'est à Finley surtout qu'il s'intéresse et à ce qui lui tient le plus à coeur: Aiby Lily ! Pour son amie, Finley est capable des exploits les plus fous !

  • 13 novembre 2015, 21 h 30. À Paris, Juliette descend la rue du Faubourg du Temple à vélo pour se rendre chez un ami. Le temps de comprendre ce qui vient de se passer et ce vers quoi elle se dirige - ces scènes de carnage -, elle tombe sur Paul, qu'elle n'a pas revu depuis le lycée. Il se trouvait au Carillon et a échappé de justesse à l'attentat. Elle abasourdie, lui blessé, ils vont errer dans cette nuit meurtrière qui les ramène à un autre drame : la disparition de Diane, à la personnalité magnétique, quand ils étaient adolescents.

    Avec Les Oiseaux de passage, Emily Barnett met en scène une génération, celle qui s'est connue en groupe dans les années 1990 et a perdu peu à peu le sens du collectif, pour le retrouver, peut-être, un soir de terreur, vingt ans plus tard.

  • Passage des larmes

    Waberi-A

    Djibril a quitté Djibouti depuis de longues années. A Montréal, il est devenu un homme neuf : le pays de son enfance n´est plus pour lui qu´une terre étrangère, poussiéreuse, un terrain vague. Employé par une agence de renseignement, il doit pourtant y retourner pour une mission de quelques jours. Djibouti est devenu un enjeu géostratégique majeur : la France, les Etats-Unis, Dubaï, les islamistes se disputent ce morceau de basalte. Djibril n´a que faire de leurs querelles mais il se sent trahi par ce pays né, comme lui, un 17 juin 1977, jour de l´Indépendance. Les plaies s´ouvrent, les fantômes des siens viennent le hanter, son enquête piétine. Chaque jour, il se laisse entraîner sur les chemins dangereux de la mémoire. De sa prison cachée sur les îlots du Diable, au large de Djibouti, Djamal, le frère jumeau de Djibril, né quelques minutes après lui, a appris le retour de son aîné prodigue : il le suit en pensée où qu´il aille, l´interpelle, ne le laisse pas en paix. On ne revient pas impunément sur les traces de son passé.Un très beau roman où il est question du temps, de l´exil et de la figure mythique de l´écrivain Walter Benjamin qui hante l´imaginaire de ces deux frères perdus. Abdourahman A. Waberi compose un récit sensible, haletant et poétique et nous fait traverser de part en part ce pays de sables, d´îlots et de passages.

  • Diasporas juives ou grecques, morisques, convers religieux entre islam et christianisme, mercenaires, mamelouks, transfuges et métis de tous bords sont les visages concrets et souvent étonnants de cet espace de « l’entre-deux » qu’est la Méditerranée.Le deuxième tome de l’aventure scientifique des Musulmans dans l’histoire de l’Europe se réfère directement aux débats civiques du présent, et plus particulièrement aux rapports aujourd’hui complexes et tendus de l’Union européenne à l’Islam et à la Méditerranée. D’une rive à l’autre de celle-ci, pourtant, que de mouvements et de circulations… Franchir « l’autre côté » fait-il de vous un transfuge, un hybride, un émissaire privilégié de transferts culturels ? Faut-il voir un traducteur culturel en chaque marchand, chaque voyageur ou migrant, en chaque esclave ou aventurier de l’Europe à l’Islam ou de l’Islam à l’Europe ? Cette interaction s’inscrit-elle, au contraire, dans la dynamique banale des sociétés ?C’est de part et d’autre de la Méditerranée, dans une lecture nécessairement réciproque et par des réponses contrastées, que cet ouvrage discute les relations de continuum dans la conflictualité qui ont depuis longtemps marqué les échanges entre l’Europe et les sociétés islamiques. Ni trait d’union pacifique, ni lieu de « choc des civilisations », l’entre-deux méditerranéen ainsi revisité permet d’éclairer les conditions mêmes de production, de maîtrise, mais aussi de dissolution de la différence culturelle. En cela, il est une clé d’intelligibilité cruciale du monde contemporain.

  • Un vieil homme solitaire est retrouvé mort dans son lit. Il semble avoir été étouffé sous son oreiller. Dans ses tiroirs, des coupures de presse sur la découverte du corps d'une jeune couturière dans le passage des Ombres en 1944, pendant l'occupation américaine. Pourquoi cet ancien crime refait-il surface après tout ce temps ? La police a-t-elle arrêté un innocent ? Soixante ans plus tard, l'ex-inspecteur Konrad décide de mener une double enquête. Jumeau littéraire d'Erlendur, il a grandi en ville, dans ce quartier des Ombres si mal famé, avec un père escroc, vraie brute et faux spirite. Il découvre que l'Islande de la « situation » n'est pas tendre avec les jeunes filles, trompées, abusées, abandonnées, à qui on souffle parfois, une fois l'affaire consommée, « Tu diras que c'était les elfes ».
    Un polar prenant qui mêle avec brio deux époques et deux enquêtes dans un vertigineux jeu de miroirs. Où l'on découvre que les elfes n'ont peut-être pas tous les torts et que les fééries islandaises ont bon dos...
    Le dernier volet de cette série islandaise fait se répondre en un vertigineux jeu de miroirs l'occupation américaine en 1944 et les années 2000.
    © Arnaldur Indridason, 2013 © Éditions Métailié, Paris, 2018
    (C) et (P) Audiolib, 2018
    Traduit par Eric Boury
    Durée : 8h27

  • Né à Bab el-Oued en 1938, mort assassiné en Algérie le 1er aout 1996, le chrétien en pays musulman, le frère prêcheur et l'évêque d'Oran que fut Pierre Claverie se voulut toujours un homme allant au-devant de l'autre. C'est de ce souci extrême, à l'instar des moines de Tibhirine, que témoigne cet ouvrage inédit qui dévoile, comme jamais, la profondeur de sa théologie et de sa spiritualité. Par-delà les notions de Dieu, de révélation, de loi, quelle relation singulière le disciple de Jésus entretient-il avec son propre livre sacré qui est fait de livres, avec ses rédacteurs qui sont divers, avec ses préceptes qui constituent d'abord des récits et des événements? A la croisée des deux Testaments, la Bible s'impose comme le chemin que le Père propose aux hommes d'emprunter pour rencontrer sa Parole et accueillir son Esprit. dieu s'adresse à l'homme, mais c'est à l'homme d'interpréter et de comprendre les signes que Dieu lui envoie. Entrant dans la dramaturgie de l'histoire qui fonde l'espérance chrétienne, parcourant les grandes figures de la Genèse à l'Apocalypse, Mgr Claverie nous mène de l'Exode à la Terre promise, de l'esclavage à la liberté, de la mort à la vie en nous faisant traverser la Pâque, récapitulant tous les passages, du Christ mort et ressuscité. Un grand mémorial de la foi.

  • L'auteur effectue une lecture originale de l'oeuvre lacanienne à travers de la notion de « réseau » en mettant au jour des liens inédits avec l'oeuvre freudienne.

    Cet ouvrage revient sur les points communs des oeuvres de Lacan et de Freud et sur leurs différences, au moyen d'une approche inédite fondée sur le concept de « réseau ». Il y apporte ainsi des éléments de réponse à une question qui agite la communauté des chercheurs en psychologie, psychanalyse et des psychanalystes, sur la nature du « passage » de Freud à Lacan, c'est-à-dire sur le statut de la relecture effectuée par Lacan.

  • En 1769, la planète Vénus passera devant le disque solaire. Les scientifiques des observatoires du monde entier s'organisent, avec intérêt et impatience, pour observer ce phénomène rare. C'est ainsi que János Sajnovics, jeune prêtre jésuite hongrois, astronome et mathématicien, part sur invitation spéciale du roi du Danemark jusqu'à Vardø, en région lapone, en tant qu'assistant de Maximilian Hell, astronome à la cour impériale de Vienne. Leur extraordinaire voyage, rythmé par des tribulations hasardeuses et des rencontres étonnantes, les mènera au coeur des principales villes européennes, dévoilant la complexité propre à l'Europe du XVIIIe siècle. Cette expédition se révèle être aussi un voyage intérieur intense et agité pour János, qui peine à trouver son chemin et sa place. « Le Passage de Vénus », allie avec élégance et subtilité la grande tradition du roman historique et celle du roman psychologique. Il plonge le lecteur dans un siècle qui fascine toujours autant et qui a vu naître de nombreux bouleversements, notamment dans la culture, la philosophie et les sciences.

  • Le guide indispensable pour passer le cap de la retraite sans angoisse ni ennui !

    Le passage de la vie professionnelle à la troisième vie, celle de la retraite, n'est-il pas aussi essentiel que celui qui conduit de la vie scolaire au monde du travail ? Pourtant, cette transition est pour le moins occultée, quand elle n'est pas simplement niée.

    Afin d'aborder dans un état d'esprit constructif et optimiste cette période de transition entre deux vies, ce guide vous aide à vous projeter. Il s'appuie sur des données françaises et internationales utiles à rappeler, mais aussi sur de nombreux témoignages de professionnels comme de retraités souvent tout aussi actifs. Il propose des clés pour aborder ce cap avec plaisir et sérénité.

    La si mal nommée "retraite" offre désormais, avec l'allongement de l'espérance de vie, une possibilité de se renouveler ou de se réinventer, aussi bien pour soi-même que pour le bien de tous. Soyez confiant, croyez en vous !

  • Le combat d'un homme seul face au fléau vampirique ! Mike Mignola et Christopher Golden nous livrent un conte gothique sur fond de Première Guerre mondiale, brillamment illustré par Ben Stenbeck.Lord Baltimore est le seul à chasser les démons qui ont envahi l'Europe. Pour cela, il doit tuer Haigus, le vampire responsable de ce chaos et qui lui a enlevé sa femme. Mais avant, il doit mettre un terme à la folie meurtrière d'une armée de vampires, qui a pris le contrôle d'une ville croate, et affronter leur créateur, un chirurgien fou.

  • Ce nouveau volume de notes personnelles, qui fait suite au Journal d'Antigone (Actes Sud, 1999), est marqué par la disparition de L., l'épouse de l'écrivain, et par les moments forts - de travail, de réflexion, de difficultés ou de sérénité - advenus ultérieurement.

  • On parle aujourd'hui de société individualiste, technicisée, désenchantée. Mais alors comment passons-nous les étapes successives de notre destinée ? Comment se fait le passage des générations ? Comment vivre nos séparations sans que celles-ci soient des ruptures ? Refusant le cadre traditionnel de la religion comme l'accompagnement du psychothérapeute, il existe aujourd'hui des gens qui innovent : ils mettent en oeuvre de " nouveaux " rites de passage qu'ils considèrent comme rites à part entière.

empty